Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un projet de recherche de géothermie profonde est actuellement à l'étude sur trois départements : le Puy d Dôme, l'Allier et la Creuse. Il s'étend sur 805 Km2. Or, ce projet pourrait modifier sensiblement l'équilibre profond des roches s'il aboutissait, car il semble n'avoir été précédé d'aucune étude préalable sérieuse, si bien que des géologues pointent ouvertement la dangerosité de forages à plus de 5 000 m en l'absence d'étude d'impact, car le système de circulation et d'échanges est extraordinairement complexe, surtout à de telles profondeurs si l'on en croit les militants expérimentés de StopMines23.

Alors, qu'en est-il exactement ? Les citoyens lambdas que nous sommes n'en savent pas grand chose, sinon que le projet est bel est bien sur les rails et que, pas plus les initiateurs du projet que l'État ne communiquent de manière transparente sur le contenu et la nature des recherches qui pourraient être effectués.

Ce sujet d'inquiétude s'ajoute à d'autres, comme le projet de réouverture des mines d'or en Creuse ou de carrière à Archignat. Partout, les populations réclament plus d'écoute et de transparence, ce qui est loin d'être le cas actuellement.

Cette soirée avait donc pour objet d'informer le public sur les nuisances irréversibles que de telles opérations font peser sur notre environnement.

Andrée Rouffet Pinon, membre de StopMines23 a bien voulu nous faire un compte-rendu de cette soirée qui s'est déroulée au Palace à Montluçon.

Profitons de l'occasion pour remercier le propriétaire du Palace qui par son ouverture d'esprit permet que des documentaires échappant à la sphère marchande puissent avoir le droit de cité dans ce cinéma, en donnant la possibilité aux associations citoyennes d'organiser des projections suivies de débats. C'est ainsi que nos cinémas de quartier et de proximité pourront résister à l'installation des multiplexes qui appartiennent aux grands groupes financiers dont l'objectif est, pour aller vite, de ne projeter que des grands succès commerciaux.

Ci-dessous le compte rendu de Andrée Rouffet Pinon :

 

C'est devant une cinquantaine de spectateurs que STOP MINES 23 a projeté avec le concours du Palace et en avant première le film "Défendre la vie" .



Ce film qui retrace le combat des populations de la planète contre l'extractivisme "colle bien " au combat de stop mines 23. En effet, que ce soit en Indonésie, Colombie, Roumanie, Amazonie , Afrique du Sud, les peuples se battent pour garder leurs terres propres contre les pollueurs qui dévastent tout pour le "fric" .

Un long débat a suivi, et les montluçonnais présents ont pû prendre conscience des dégâts qu'engendrerait ce projet de mine à Lussat , qui, par la Voueize impacterait encore plus la retenue de Rochebut, déjà bourrée d'arsenic enfoui dans la vase.

Les personnes présentes ont également découvert la demande de permis d'exploitation et de Recherche (PER) pour "Combraille en Marche", pour un permis de géothermie profonde par fracturation, sur 805 km2 qui impacterait les départements du Puy de Dôme autour de Pionsat, de l'Allier, de Neris les bains à Archignat, de la Creuse d'Evaux les bains à lussat,  en passant par Fontanières.

La société toulousaine demanderesse vise la grande faille des Combrailles en eau chaude profonde que les Romains avaient trouvée pour les thermes et alors qu'aucun géologue n'arrive à expliquer le mécanisme complexe. De tels travaux pourraient tout bouleverser, et peu être provoquer des mini-séismes comme en Italie.

Andrée Rouffet-Pinon

Tag(s) : #Montluçon

Partager cet article

Repost 0