Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Impossible d'entrevoir une stratégie claire au PS de l'Allier. Entre ceux qui soutiennent Macron, tout en faisant campagne pour Hamon et ceux qui déclarent rester fidèles au choix des électeurs de la primaire, les lignes sont largement brouillées et le message de plus en plus inaudible.

Si bien qu'hier soir au meeting de soutien à la candidature de Benoit Hamon, la petite centaine de militants réunis à la salle Germinal à Désertines, ne manifestait pas un optimisme débordant, surtout que localement une nouvelle polémique s'est allumée autour d'un document qui circule sur les réseaux sociaux, lequel tend à prouver que le secrétaire départemental du Parti socialiste de l'Allier soutiendrait la candidature d'Emmanuel Macron.

Une centaine de personnes hier soir à Désertines au meeting de soutien à  Benoit Hamon


Interrogé à propos de ce document, Nicolas Brien n'a pas démenti son existante, mais a cependant tenu à préciser que ce dernier ne serait valable que pour le cas ou le candidat d'en Marche se qualifierait pour le second tour des présidentielles.

Pour certains militants du PS, c'est une trahison. Ceux-ci estiment en effet que ce qui circule maintenant dans la presse est de nature à torpiller la campagne de leur candidat. Pour protester, plusieurs d'entre eux ont quitté la salle de Germinal pendant le discours d'introduction de Nicolas Brien pour ne réintégrer leur place qu'une fois son intervention terminée.

Olivier Bianchi a eu nettement plus de succès. Lui n'a pas mâché ses mots. Même s'il ne se considère pas comme un proche du vainqueur de la primaire, il tient cependant à respecter le résultat du vote, et c'est sans ambiguïté qu'il soutient le candidat officiellement investi.

Au premier rang on reconnait Nicolas Brien, Olivier Bianchi et Bernard Pozzoli
 

Dans le couloir qui longe la grande salle, un vieux militant nous confiait ses craintes de voir le PS obtenir un des plus mauvais scores de son histoire et de prédire, entièrement désabusé, l'éclatement de son parti après les élections. Et alors qu'Olivier Bianchi en termine avec son discours, mon interlocuteur se précipite promptement vers la sortie pour ne pas avoir à croiser certains militants pour lesquels il n'a que peu d'estime. Le parti issu du congrès d'Epinay n'est plus que l'ombre de lui-même et s'apprête probablement à refermer la parenthèse d'un passé glorieux.

Tag(s) : #Desertines

Partager cet article

Repost 0