Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Avec le vieillissement de la population française, ce qui en soi est une bonne chose, les questions liées à la prise en charge par la collectivité des personnes, notamment dépendantes sont de plus en plus prégnantes.

Comme dans nombre de domaines concernant les conditions de vie des populations, le problème des moyens est souvent au coeur des préoccupations des professionnels en charge de l'accueil des personnes âgées. Les responsables de l'Union Syndicale Départementale Santé CGT avaient décidé récemment d'organiser un débat public le 23 mars, Salle St Vincent à Montluçon pour alerter les citoyens sur la dégradation de la situation vécue par les personnels des EHPAD et les inquiétudes quant aux conditions d'accueil des résidents.

Ce débat était animé par, entre autres, Christiane Micaud (responsable de l'USD Santé), Jacques Caucheux (coordinateur régional CGT Santé) et Jean-Marc Porta, infirmier en EHPAD et militant CGT.

Le maintien à domicile des personnes âgées a été promu depuis de nombreuses années par les Pouvoirs Publics, un peu par populisme. En effet, tout un chacun voudrait bien vivre sa vieillesse à son domicile, entouré de sa famille...sauf que la vie en ce début de 21ème siècle n'est plus la même qu'avant et que les familles ont éclaté du fait de l'éloignement des lieux de travail. Ainsi, les personnes âgées sont souvent seules chez elles et elles doivent faire appel à des service à domicile. Des témoignages de professionnelles qui effectuent ces tâches ont été édifiants quant à leurs dures conditions de travail, au manque de matériels adaptés chez les personnes âgées, et évidemment au peu de considération de la part des employeurs. Des conflits sociaux assez durs sont d'ailleurs fréquents avec les patrons de ces associations, car ce sont souvent des associations.

Le maintien à domicile n'est donc pas la panacée, mais sa promotion par les décideurs politiques a conduit à ne pas construire suffisamment d'EHPAD dans le secteur public et également à laisser la place aux établissements privés. En même temps, les budgets alloués sont notoirement insuffisants et le manque de personnels est criant. Les conséquences : souffrance morale des personnels, prise en charge très insuffisante des résidents. Les personnels ont de plus en plus de personnes âgées à s'occuper donc des services sont moins fréquents, comme par exemple les douches.

Des témoignages de personnels, essentiellement féminins, ont interpellé l'assistance quand étaient évoquées les tentatives de suicides d'infirmières et d'aides-soignantes. D'autres témoignages, cette fois-ci de responsables de familles de résidents étaient également édifiants.
La discussion est venue aussi, dans le public, sur les causes de ces situations et sur les actions à mener pour obtenir des améliorations de la situation. Les causes ont été assez rapidement trouvées: des politiques de santé qui rognent sur les dépenses. Les pistes pour obtenir des améliorations : essayer d'agir ensemble, représentants des personnels avec leurs organisations syndicales, associations de familles de résidents, citoyens...

Les problèmes évoqués dans ce débat étaient très voisins de ceux rencontrés dans les hôpitaux, les causes produisant les mêmes effets.

Un diaporama servait de trame pour le débat.

Michel Beaune

Tag(s) : #Montluçon

Partager cet article

Repost 0