Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le 7 mai, la seconde phase de la campagne pour l’élection présidentielle sera terminée. Il ne fait guère de doute qu’Emmanuel MACRON, succèdera à François HOLLANDE. De là à penser que les problèmes du pays seront en voie de se régler, il y a un monde. Et justement, le monde de l’argent et du marché capitaliste aux appétits jamais rassasiés ! Une large majorité de français n’ayant pas choisi un des deux protagonistes de ce second tour n’aura plus que comme solution, celle de s’organiser en résistance sociale écologique et démocratique. Et au préalable, celle de se positionner à propos de l’élection législative.

Partant de ces enjeux, jetons un coup de projecteur sur la situation du département de l’Allier et sur la circonscription dont nous faisons partie à Montluçon.

En matière d’évolution électorale, entre 2012 et 2016, trois faits essentiels éclairent la situation départementale. Il nous intéresse prioritairement de mesurer les différences existantes avant tout concernant les résultats de la France Insoumise et de son candidat JLM. Chahuté et critiqué de toute part lors du lancement de cette candidature, la mise en place des groupes de soutien des insoumis se sentent concernés en premier chef des résultats obtenus.

Rappelons à ce sujet que lancés dès l’été à partir de Commentry, les groupes d’insoumis et de soutien se sont implantés progressivement sur la 2ème circonscription et ont multiplié leur base d’activité, cinq particulièrement actifs, sur la seule agglomération.

Les bilans de ces groupes ne souffrent pas de comparaison avec ce que certaines personnes bien intentionnées jugeaient nécessaire en appelant au maintien du Front de Gauche datant de la campagne de 2012. Front de gauche devenu le paravent d’un parti communiste en mal de positionnement et de soutien de la candidature de JL Mélenchon. Et ce n’est pas malice que de remarquer cela, tout en disant que ces mêmes personnes se sont réveillées dans les derniers quinze jours de la campagne.

I – Observons les chiffres concrètement

Au plan national et en partant du fait principal du premier tour de la présidentielle, rappelons :

Mélenchon (FG 2012) 11,10 % des inscrits avec quatre millions de suffrages

Mélenchon (FI 2017) 19,58 % des inscrits avec sept millions de suffrages

Soit un gain de 4 millions de voix + 8,48 % Sur 2012

Et remarquant cette progression, personne ne peut nier qu’il s’agisse là d’un fait et d’un tournant historique qui va peser lourd dans l’organisation de la vie du pays à court, moyen et long terme. Le rapport des forces politiques dans le pays s’en trouve modifié et le tableau électoral fait place maintenant à un rapport quadrangulaire. De fait, quatre entités stratégiques annonçant des perspectives de gouvernance aux logiques différentes.

De ces quatre forces principales dont des leaders apparaissent aux quatre premières places du 1er tour de la présidentielle, va se confirmer et se constituer concrètement un rapport politique et social que l’on aurait appelé hier sans hésitation : droite/gauche mais qui prend aujourd’hui une consistance différente avant tout définie entre une opposition frontale avec :

D’un côté ceux qui défendent les valeurs sociales écologiques créatrices de citoyenneté, de justice solidaire, de droits sociaux nouveaux

De l’autre, ceux qui défendent les valeurs du monde de l’argent roi, de la mondialisation capitaliste et qu’étranglent les peuples, accélérant la mal vie partout…

La percée de la France Insoumise et de l’impact de son leader JL Mélenchon sont pour large part la cause de ce bouleversement en cours. Et l’on comprend ici du même coup les échecs du premier camp à mettre en œuvre un front républicain surpassant l’ensemble des contradictions qui touchent ces quatre forces en présence. Le danger réel de la présence du FN au second tour, ne fait pas oublier les orientations dramatiques du camp libéral ultralibéral emmène par E. Macron.

Ce même nouveau rapport de force s’est installé du même coup au plan départemental et local, et plus rien ne peut sérieusement s’analyser et se comprendre hors de lui !

Sur le département,

Le Mt En Marche arrive en tête avec 25,73 %. Le FN est second avec 22,54 %. La France Insoumise avec Mélenchon 3ème 19,88 %. La droite classique (LR) 4ème avec 18,93 %.

Notons que E. Macron recycle tout à la fois l’essentiel de l’électorat PS de 2012 (Hollande 2012 : 29 %) et une large part de l’électorat de droite…

Notons aussi que la France Insoumise de Jean-Luc Mélenchon gagne de 2012 à 2017 : 5,30%. Et de fait moins que sur la moyenne nationale qui est de 8,48 %.

Notons enfin le décrochement de la droite Sarkozy-Fillon et le décrochage historique du PS pourtant largement implanté en Allier.

Ainsi sur le département, c’est la 2ème circonscription qui se tient le mieux des trois :

Circonscription de Montluçon seule :

En 2012 Mélenchon 15,26 % et en 2017 Mélenchon 22,37% Soit un gain de 7,11 %

Légèrement en dessous du national et largement au-dessus (+ 2,40 %) du départemental. Les deux autres circonscriptions de Moulins et Vichy perdent sur la situation nationale et départementale.

Ce qui tendrait à prouver que le retour à un vote vers la radicalité de cette terre historiquement rouge est plus net en secteur montluçonnais qu’ailleurs ! Ajoutons à cela que le travail des groupes d’appui sur Montluçon Commentry a payé ! C’est sur ces deux villes de Montluçon et Commentry que la progression est la plus forte que partout ailleurs et pour la première fois depuis le séisme de 2002, 9 des 27 bureaux de vote de Montluçon, mettent en tête de tous les candidats Jean-Luc Mélenchon, avec pour l’ensemble de la ville une progression de 950 voix sur 2012 c’est-à-dire une progression de voix assez spectaculaire.

Remarquons à titre d’information large, que sur l’ensemble des circonscriptions nationales, une vue générale indique que la répartition pour les principaux candidats s’effectuent comme suit :

Emmanuel Macron est en tête de tous les candidats dans 225 circonscriptions du pays. Il est trois fois en tête dans l’Allier.

Marine Le Pen arrive en tête dans 204. Elle est seconde sur la 1ère de l’Allier (Moulins) et sur la 3ème (Vichy) et elle arrive 3ème sur la 2ème circonscription de Montluçon.

Jean-Luc Mélenchon est en tête dans 58 circonscriptions et second derrière Macron mais devant M. Le Pen et F. Fillon.

François Fillon est lui en tête sur 48 circonscriptions et 4ème sur les 1ère et 2ème de l’Allier et 3ème sur le secteur de Vichy où il est à 21 % son meilleur résultat. Sur la circonscription de Montluçon les candidats de ces camps feront la course en tête. Plus particulièrement, pour des raisons différentes, celui de En marche avec la prime du président élu et celui de la droite pour son implantation locale.

Sur les évolutions dans les communes

Il est assez délicat de tirer des enseignements précis. D’abord en raison des votes totalement différenciés entre secteur ruraux et villes fortement urbanisées ! Ce qui est le cas pour l’Allier avec des différences affirmées entre le vote des trois villes centre et leurs agglomérations et les secteurs ruraux des campagnes bourbonnaises et des cantons !

Relevons que sur les 3 447 communes, Jean-Luc Mélenchon obtient une moyenne de 29,7 %. Parmi elles, les communes qui ont un maire dit Front de Gauche, d’origine essentiellement communiste ou sympathisant sont au nombre de 281 ; soit 8 % environ du total des communes ayant placé JL Mélenchon en tête du 1er tour nationalement.

Remarquons pour ce qui nous intéresse sur la 2ème circonscription :

Que la tendance pour le même type de commune ayant un maire communiste ou sympathisant apparenté, qu’il y a un manque à gagner d’environ 6 % sur les communes ainsi recensées !

Désertines 683 voix pour Mélenchon = 25,3 %. Chappe 44 voix = 35,5 % Blomard 27 voix = 19,7 %. Lignerolles 122 voix = 24,1 %. Theneuil 90 voix =35,4 %. Bellenave 156 voix = 25,5%. Chazemais 69 voix = 23,5 %. Moyenne sur ces communes = 27%

Faut-il en tirer enseignement que la mobilisation en relation avec la militance communiste c’est bien moins faite qu’ailleurs, chacun peut l’apprécier comme il le veut mais les faits sont là, incontournables !

Remarquons aussi que les résultats dans des localités ayant eu des maires communistes ou socialistes durant une même période, celle d’avant 2001 ou 2008, ne sortent pas du même rapport, des mêmes évolutions !

Ainsi Domérat, Lavault Ste Anne, Cosne par exemple ou encore Commentry ou Montluçon ne sont pas éloignées des mêmes différences constatées plus haut ! Donnons un plus à Montluçon passée à droite et qui progresse de la même manière qu’au national soit 8,40 %.

Aller au-delà de ces résultats

Peut-on se projeter sur les futures élections législatives. Avec prudence sans doute ! Et avec l’incertitude du second tour de la présidentielle, car du score exact dans un rapport 40/60 avec des plus et des moins sortira un impact politique différent qui influencera tout le scrutin partout.

Par ailleurs, les ralliements et positionnements des leaders locaux et des candidats présumés prendront c’est sûr, une importance non négligeable.

  • Ainsi si l’on ne voit pas comment D.Dugléry candidat FR, ami de F. Fillon peut se dérober ou se déjuger, rien ne peut prévoir le comportement des électeurs locaux fidèles au plan municipal ?

  • Ainsi aussi l’attitude du candidat largement engagé depuis de longs mois, N.Brien qui créé un certain effroi à la gauche socialiste et qui a annoncé avec promptitude son allégeance à E. Macron dès le 1er tour ? Ce qui ne manque pas de faire des vagues.

  • Ainsi encore, le FN de madame Le Pen qui n’a pas choisi entre deux candidats aux dents longues qui se font la guerre ! Au-delà du positionnement des amis de Dupont-Aignan que faudra-t-il en attendre ? De fait le potentiel électoral est réel.

  • Enfin, de l’attitude du PCF plus apte à se couvrir du label du Front de Gauche PCF en toute circonstance depuis 2012 et qui se rabat sur une candidature imposée – certes non communiste – mais qui ne se libèrera pas des accords de sommet à l’ancienne mode union d’une gauche aux abois. On sait aujourd’hui qu’au plan national il y aurait de l’eau dans le gaz entre le PCF et ses prétentions démesurées et la direction de la campagne de la FI. Jusqu’à des menaces de plainte des seconds pour utilisation arbitraire de l’image de Jean Luc Mélenchon dans la campagne des premiers. Voilà bien les traficotages dont nous savons qu’ils existent aussi chez nous en Allier.

Avec quelle implication possible localement

  • Voyons bien que les gains de la droite dure durant les cinq années passées dans tous les scrutins intermédiaires, ne se confirment pas loin s’en faut ! François Fillon a créé l’illusion avec le vote de la primaire des droites… La réalité du besoin d’une alternance ultra-libérale déguisée en social libéralisme l’a rattrapé et laissé sur place. Les affaires ont accéléré le déficit. Dans un tel contexte d’explosion du rapport de force, que va devenir la belle espérance de Mr Dugléry de devenir enfin député ?

Le chemin du maire de Montluçon est devenu étroit et c’est tant mieux pour un avenir proche de changement local !

  • Mais examinons en parallèle la situation au PS pourtant largement triomphant en 2012, remportant en Allier tous les sièges dans un cadre où l’illusion et la démagogie l’emportaient sur tout. Hamon abandonné en rase campagne et incapable de comprendre le sens pris par l’histoire des forces progressistes radicales dont il se réclamait auparavant. Et ce n’est pas le sieur N.Brien qui va le sortir de la nasse ! Lui qui déjà postule pour être adoubé par En Marche, le candidat dépositaire des intérêts de la finance et du grand patronat.

  • Regardons alors plus précisément en direction de cette nouvelle mouvance « Ni droite ni gauche » ou plutôt « Droite et gauche » produit marketing en apparence mais construction de la sociale démocratie libérale aux mains de banques et des puissances impérialistes, cette création inventée en urgence, de toute pièce pour remédier aux désaveux Hollandais.

Il est clair, sans lire dans le marc de café, que le poids du camp rassemblé par E. Macron va peser dans le choix des gens pour ces candidats aux législatives, nous pouvons le regretter mais les conditions électorales de présidentialisation unilatérale conduisent à cela.

Alors sur la circonscription de Montluçon qui pour mieux servir ses intérêts ? : N.Brien ou un homme moins connu, moins vulnérable tel Mr Glomot maire de Villebret ? Une chose semble acquise, c’est la difficulté majeure du PS à se sortir du trou électoral et politique dans lequel est plongé toute candidature de ce parti en crise…

En direction du FN de Marine Le Pen rejoint par Dupont-Aignan, la volonté de marquer son terrain se fera sentir. Il est à craindre que cela ne soit pas sans effet sur le terrain où l’électorat lepéniste est aujourd’hui très solide en particulier en zone rurale.

Compte-tenu des caractéristiques de ce scrutin à deux tours, ces quatre formations sont en mesure d’être présentes à 20 % et plus dans le 1er tour législatif. Reste à considérer les suites politiques à donner pour continuer ou non la percée Mélenchoniste du premier tour de la présidentielle…

On sait que la démarche des groupes du secteur montluçonnais est inscrite depuis le début sur la liaison présidentielle/législative. Et l’on a pu mesurer que cette conception de travail et cette volonté n’était pas acceptée par tout le monde dans cet environnement. D’abord hostile, l’ancien Front de Gauche tel que tenu par le PCF n’entendait pas soutenir ni Mélenchon candidat, ni la France Insoumise comme structure d’animation politique essentielle. Ceci pose aujourd’hui la question de sa capacité réelle d’entrainement pour mener bataille face à l’ensemble des quatre autres formations à la dent longue. Les questions demeurent.

Sera-t-il question une fois encore, de poser comme acté une conception d’une union de la gauche comme celle qui a perdu durant cinq ans à tous les suffrages ou sera-t-il possible de surfer sur le succès de Jean-Luc Mélenchon et de la France Insoumise ? Les premières déclarations post 1er tour des dirigeants PCF en Allier n’encourage pas à la confiance !

Une seule chose est sûre ont dit pour leur part les responsables de la France Insoumise, ces derniers jours, le cadre de l’action législatif doit être celui du Mouvement de la France Insoumise, le programme à défendre, celui de la France Insoumise, et la participation s’appuyer résolument sur les 500 000 personnes ayant donné leur soutien à la démarche de Jean-Luc Mélenchon dans les 15 mois venant de s’écouler.

Le succès dépend de la volonté de rassembler le peuple, sans soucis partisans. Mais l’attitude des dirigeants PCF/03 réunis avec leur candidat désigné à la fête des Baboulets (Montmarault) ce week-end du 1er mai n’est pas à ranger parmi les signes encourageants, aptes à mobiliser l’ensemble des militants de la France Insoumise. Notre attention et notre vigilance ne se démentiront pas !

Paul CRESPIN Groupe insoumis Montluçon Ouest-Buffon

Montluçon le 4/05/17

Partager cet article

Repost 0