Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La LDH est une des toutes premières organisations à réagir après l'élection présidentielle qui a vu la large victoire d'Emmanuel Macron (65, 5% au moment où nous écrivons ces lignes). Bien sûr, la Ligue des droits de l'homme exprime sa satisfaction suite à la défaite du FN, mais pose aussi sur la table le problème de la hausse de son audience dans une partie de la population, ainsi que le score très élevé réalisé par l'extrême droite. Avec environ 11 millions de voix, il est vrai qu'il y a de quoi de s'inquiéter pour l'avenir.

Photo en tête d'affiche de Didier Ciancia © tous droits réservés.

Ci-dessous le communiqué de la LDH :

 

Les résultats de l'élection présidentielle ont rendu un verdict d'une victoire nette d'Emmanuel Macron, qui signe, à 65,1% des suffrages exprimés, un score supérieur à ce que les sondages lui accordaient.

Cependant, nul ne peut se satisfaire que l'extrême-droite ait pu une nouvelle fois prendre en otage ce second tour et que son score atteigne des niveaux inégalés.

Ce résultat est le fruit de plusieurs dynamiques : la banalisation du Front national qui a bénéficié de maintes complaisances médiatiques, intellectuelles et politiques sur lesquelles il s'agira de revenir, l'échec d'un quinquennat qui n'a pas su fixer des caps sur l'égalité, la jeunesse, le progrès social, notre projection dans un avenir commun ainsi que les tergiversations de leaders politiques ayant rejoint Marine Le Pen ou ayant peiné à exprimer un choix clair pour le second tour.

Les défis qui se posent à Emmanuel Macron et au nouveau pouvoir sont donc immenses. Il n'est plus possible que notre pays, à 15 ans d'écart, ait pu qualifier l'extrême-droite – antithèse de la République – pour le second tour d'élection présidentielle. Il s'agit donc de trouver les voies les plus urgentes afin de reconstruire les conditions d'une cohésion positive afin de briser les coalitions fondées sur la haine de l'Autre et sur la haine du monde.

L'élection aura d'ailleurs montré que la dynamique de l'extrême-droite est loin d'être irrépressible. Créditée de 28% des intentions de votes au premier tour, Marine Le Pen a terminé la campagne à 21%, peinant à se qualifier pour le second tour. Créditée de plus de 40% pour le second tour, Marine Le Pen termine à 34,5%. Si cela reste insuffisant, cette dynamique baissière montre que les mobilisations, les confrontations, la pédagogie permettent de construire un autre chemin que celui du refus de l'égalité.
Tag(s) : #National

Partager cet article

Repost 0