Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nous avions mis en ligne l'hommage à Jean Landron alors que la rédaction collective du texte n'était pas finalisée. Regardactu s'en excuse auprès de ses lecteurs.

La nouvelle version qui suit est un hommage plus collectif, mais n'amoindrit en rien le témoignage de Bienvenida Herrera-Gaillot qui fut une de ses proches durant ses activités. Au contraire, elle le renforce.

 

Une foule d’amis a accompagné jean Landron mardi dernier au cimetière Nord de Montluçon.

Beaucoup d’émotion et beaucoup de fierté pour ses amis de la CGT et du Parti Communiste de Commentry et largement au-delà sur notre agglomération pour tous ceux venus en nombre témoigner, chacun pour ses raisons propres, une marque de respect profond à cet homme et a son action.

Une de ses amies commentryenne , très proche de lui dans ses activités pour la justice sociale, liée d’amitié sincère avec sa famille évoque ici ses souvenirs émus.

Bienvenida Herrera-Caillot parle de son ami avec son cœur :

« Jean, c’est l’histoire d’un homme avec un grand H . L’intégrité, l’honnêteté, la fidélité incarnée ! Des qualités rares qui de nos jours sont des valeurs qui ont perdu de leur sens et qui s’effacent au profit égoïste d’intérêts personnels.

Jean, cela coulait de source, était au naturel l’esprit de la révolte, un fils du peuple avec chevillée au corps une attention permanente aux gens de son entourage d’usine, de son quartier d’habitat, de sa famille dont il était devenu le pivot central, l’équilibre, réagissant à tous les évènements de la vie.

Jean, le révolté qui tonnait de sa voix rauque et porteuse le refus des anomalies subites par les siens, ceux de sa classe, ouvrière, avant tout. Injustice sociale et mauvais traitements, exclusion et racisme rampant ou direct, répression patronale, jamais il n’aura accepté de se taire.

Et ne parlons pas de ses engagements pour la PAIX , le refus de conflits au travers des continents, toujours fomentés par les puissances capitalistes dont il ne pouvait cesser de dénoncer la volonté hégémonique sur les peuples.

Jean, c’était peu de le dire, symbolisait l’attention, toujours reconduite aux préoccupations de la ‘’masse’’ comme il disait, aux grands objectifs mobilisateurs. C’était également les soucis de toute nature et la recherche de réponses appropriées, la conjugaison de l’individuel et du collectif. De ce qui est professionnel et catégoriel avec ce qui est commun à tous.

Pas étonnant qu’il ait pu associer avec efficacité son rôle de syndicaliste aux responsabilités de haut niveau, sans rien n’opposer jamais sa volonté de se lier au niveau local, celui de son territoire de vie, celui de la gestion de sa localité dont il respirait la tradition et s’attachait à en faire ressortir son histoire, l’histoire de ses lutte politique pour l’émancipation humaine.

Comment aurait-il pu refuser de servir sa commune et ses habitants avec le même sérieux, la même abnégation que celle de son militantisme social assumé.

Sa popularité en avait pris que plus d’espace mais lui restait le même, un homme simple rayonnant d’un humanisme du concret. Une belle personne, au plein sens du terme.

Jean, s’en est allé après avoir vécu un vie pleine et résisté avec énergie contre l’installation lente d’une maladie qui a fini par vaincre sa soif de vie et de partage auprès de ses amis et de sa belle tribu familiale qu’il chérissait tant. Que ma pensée la plus fraternelle t’accompagne mon cher Jeannot ! »

Regardactu, sa rédaction, ses lecteurs assidus, s’associent à cet hommage et remercient Bienvenida de son témoignage.

 

Tag(s) : #Commentry

Partager cet article

Repost 0