Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nicolas Brien a le don d'exaspérer son monde. Pas une réalisation dans Montluçon et ses alentours qui n'est vu le jour grâce à ses interventions, ses relations, son courage politique, son investissement au service de tous etc..

Certains de ses adversaires en rient, mais par toujours. Dans son propre camp, les langues commencent à se délier. C'est le cas de certains socialistes encore marqués à gauche sur l'échiquier politique, cela est également vrai chez les alliés traditionnels du PS, EELV pour être clair.

Mais jusqu'à ce jour, les critiques restaient plutôt confinées en interne, certains n'hésitant pas à souligner l'ambition de jeune loup dépêché par Soférino il y a quelques années pour succéder à termes à Bernard Lesterlin. Ce dernier l'avait d'ailleurs pris sous son aile pour mieux le propulser le moment venu.

Des élus qui avaient pourtant fait leurs preuves sur le terrain, comme Bernard Pozzoli furent écartés par le jeune impétrant qui proclamait à la cantonade vouloir faire de la politique autrement et pronostiquait volontiers la fin de la politique "à la papa", comme si cela constituait un programme en soi. Avec le temps, il démontra qu'il faisait surtout de la politique "pire qu'à la papa", notamment faisant beaucoup d'agitation et en récupérant tout ce qu'il était possible de s'approprier pour lustrer son image.

Lorsque nous nous risquions sur regardactu à quelques critiques, aussitôt une armée de trolls intervenait en traitant regardactu de "pravdactu" et affirmait que nous faisions le lit de la droite, voire du FN. "Là où il y a de la gêne, il n'y a pas de plaisir" comme le dit joliment le dicton.

C'est donc avec une certaine malice et un plaisir non dissimulé que nous publions la lettre de Philippe Buvat, car elle fait écho à ce que nous disions il n'y a pas si longtemps. À n'en pas douter, l'armée de trolls va reprendre du service sur Facebook.

Philippe Soulié.

Lettre ouverte de Philippe Buvat, candidat des écologistes aux législatives, à Nicolas Brien, candidat de la Gauche rassemblée (sic), soutien à Macron dès le premier tour des présidentielles. de quoi y perdre son latin :

 

Philippe Buvat et Ingrid Convers candidats EELV sur la 2em circonscription de l'Allier.

 

Lettre ouverte à Nicolas BRIEN,

Montluçon, le 16 mai 2015

A l'instant, je viens de prendre connaissance de ta petite communication électorale d’hier soir où tu cibles le Centre Hospitalier. Sidérante.

Comme à ton habitude car toujours prêt à sauter sur la croupe des chevaux de bataille des autres, tu t'attribues la paternité de la coronarographie et de l'unité de neurovasculaire. Il n'y a que toi qui peux croire que les soignants seront dupes de cette appropriation. Sache que ce
sont les hospitaliers -tous, soignants ou non- qui se sont battus pour les obtenir, qui les font tourner. Ils ne te doivent rien, ils le savent.

Tu saisis par opportunisme les combats qu'ils mènent aujourd'hui au profit de ta campagne. Ce faisant, tu les exposes. Tu les prends en otage de promesses qu'il ne t’appartient pas de faire : le job du député n'est pas de gérer l'établissement du coin, pas plus qu'il n'est de défendre un territoire à Paris, il est de faire la Loi.

Tu n'as pas compris que le problème n'était pas celui de Montluçon, de son hôpital ou de sa clinique mais celui des choix politiques faits ces 25 dernières années, entre autres par le gouvernement que tu as soutenu et pour lequel tu as même travaillé. Ou plutôt si, tu l'as compris mais tu préfères saisir une occasion pour servir ta campagne.

Bien sûr, ne voulant pas laisser passer une victoire sans toi, c'est bien la politique libérale de la franchise macroniste après laquelle tu cours à tout crin depuis plusieurs mois qui poursuivra la casse de la Fonction Publique hospitalière. C'est bien la politique libérale que le nouveau premier ministre de droite mettra en place dans la fonction publique qui reviendra sur les 35 heures et qui sera à la recherche des postes toujours trop nombreux. C'est bien la politique économique que tu promeus qui provoque et organise la compétition fratricide entre les établissements publics et les établissements privés : il n'y a que des perdants dans cette bataille, que ce soient les patients ou les personnels dont le quotidien n'a cessé de se dégrader malgré les promesses.

Je ne doute pas qu'avec cet opportunisme et cette mégalomanie tu pourras bientôt nous transformer Lépaud en aéroport international ou faire de Montluçon le pôle international du magnésium.

Tu dis vouloir incarner un renouveau dans les pratiques politiques mais tu reprends les mêmes
vieilles recettes éculées, mûries depuis 5 ans.

Sache que les mêmes causes produisent les mêmes effets et que c'est cela dont beaucoup de soignants ont un ras-le-bol que, malgré ta prétendue empathie, tu ne peux imaginer.

Philippe BUVAT, Candidat aux Législatives pour La gauche sociale et écologiste

Tag(s) : #Montluçon, #Politique

Partager cet article

Repost 0