Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Depuis le début de la campagne présidentielle et son prolongement avec celle des législatives, la décomposition du paysage politique est allée en s'accélérant. Les principaux partis que compte le pays sont en crise et tentent de conjurer le mauvais sort que leur réserve l'avenir. C'est vrai pour le FN, LR, Le PS, EELV, et le PC dont les stratégies souvent scabreuses qu'accompagne la perte des repères idéologiques précipitent la chute.

Or, dans la recomposition qui s'opère sous nos yeux, apparaissent des nouvelles forces que les anciens politiciens tentent d'investir afin de prolonger leur carrière. C'est cette situation d'entre deux que nous devons gérer au mieux, afin de parer à toutes ces tentatives de récupération par les professionnels de la politique qui tentent de se faire une place au soleil dans la nouvelle répartition des forces. Nicolas Brien est à lui seul un condensé de ce que l'on peut produire de pire en la matière, d'autant qu'il ne connait aucune limite pour parvenir à ses fins, comme beaucoup s'accordent à le reconnaitre, y compris dans son propre entourage.

Mais dans tout ce galimatias, ces prises de position opportunistes, on veut encore croire que quelques militants sincères tentent de tracer de nouvelles perspectives d'action et ne renoncent pas aux vertus de la délibération collective, dans le but d'ouvrir de nouvelles pistes de démocratie participative.

Philippe Buvat et Ingrid Convers font-ils partie de ces militants sincères qui ne renoncent pas à leur idéaux ? On l'espère. En tout cas la campagne qu'ils mènent tout deux, mérite que l'on s'y attarde, car à part les groupes majoritaires des insoumis de Commentry et Montluçon qui ont du renoncer à présenter leur binôme aux législatives, victimes de manœuvres d'influence, les écologistes au niveau local sont les seuls à faire maintenant le pari de l'intelligence collective et de la clarté dans leurs propositions. Des propositions qui peuvent parfois être perçues comme clivantes (comme l'abandon du nucléaire), mais jamais démagogiques en raison des alternatives crédibles qui sont proposées et mises en débat, tout comme le faisaient les groupes d'insoumis de Montluçon/Commentry durant la campagne de la présidentielle.

Justement, des convergences existent entre le programme "un avenir en commun" de la FI élaboré à partir de la réflexion de nombreux collectifs citoyens à travers le pays, et les propositions que le binôme Philippe Buvat et Ingrid Convers mettent en avant pendant cette campagne, on ne peut les nier. Incontestablement, la transition écologique et l'abandon du nucléaire sont au centre de leur préoccupation et structurent fortement la mutation vers une logique écoresponsable qui suppose d'emblée la remise en cause du modèle libéral, système de prédation généralisée.

Étrangement, cet impératif de la transition écologique qui constitue pourtant la clé de voûte du programme de la FI "l'avenir en commun" avec les centaines de milliers d'emplois nécessaires pour réussir cette conversion indispensable, a été relégué au second plan dans la campagne de Sylvain Bourdier et d'Emmanuelle Michon, probablement en raison de l'influence des responsables de la fédération de Parti communiste de l'Allier, peu favorables à l'abandon du nucléaire, ce qu'ils ne manquent pas de faire savoir dès qu'ils en ont l'opportunité. La France insoumise qui a accordé l'investiture à ce binôme-là s'en mordra peut-être les doigts un jour ou l'autre.

Dans le dernier tract du binôme Bourdier/Michon, la transition écologique, le passage à une 6em république et la non-cumul des mandats ont disparu, pourtant, des propositions phare du programme "L'avenir en commun"

 

D'autres convergences existent entre le programme "l'avenir en commun" et les propositions mises en avant par le binôme écologiste. Le non-cumul des mandats à la fois dans le nombre et dans la durée en est une. La volonté de mettre fin aux pouvoirs sans limites du président de la République, en passant à une sixième république en est une autre.

Tout ceci méritera qu'à un moment donné "on pose les valises" et que l'on discute. Cela suppose qu'un véritable dialogue puisse avoir lieu, ne serait-ce que sur des luttes ou des combats ponctuels qui font consensus. Cela pourrait être le cas par exemple à propos du soutien que les uns et les autres apportent à l'association StopMines23 qui se bat contre la réouverture des mines d'or à Luçat en Creuse ou bien, encore plus près de chez nous, à propos de la réouverture des carrières d'Archignat. Autant de pistes de réflexion qui doivent être explorées.

Là aussi, des divergences existent avec certains élus PC. Pierre Mothet par exemple a publiquement défendu la réouverture de la carrière d'Archignat contre l'avis de l'écrasante majorité des élus locaux et des habitants (et plus encore des riverains) en mettant en avant les avantages économiques supposés dont la commune aurait tiré avantage, ce qui n'est pas prouvé pour le passé et resterait à prouver pour l'avenir. Surtout, on mesure bien que la préservation de l'environnement ne fait pas partie de l'ADN de certains militants PC, certes partisans d'une meilleure répartition des richesses, mais qui n'envisagent pas pour autant de remettre fondamentalement en cause le modèle productiviste et la logique suicidaire de destruction de notre écosystème qui mène le monde à sa perte.

Bien sûr, les rares débats de fond de cette campagne n'épuiseront pas les sujets essentiels pour lesquels des citoyens s'investissent, notamment dans les associations. Il y eut un avant, il y aura un après-élections. Pour beaucoup, il ne saurait être question de fermer le ban une fois les élus en place. Plus rien ne sera comme avant. Une veille citoyenne s'organise pour que les sujets de fond ne soient pas remisés au placard jusqu'aux prochaines échéances. Quoi qu''il arrive, ces élus seront sous haute surveillance.

Le combat pour une transition écologique, l'abandon du nucléaire, la défense des services publics, la défense du droit du travail, la lutte contre l'évasion fiscale, la lutte pour l'égalité réelle hommes-femmes, bref, la lutte pour une VIème République qui redonne le pouvoir aux citoyens sans exclusion des minorités restera au cœur des revendications syndicales, associatives et citoyennes présentes sur le terrain dont l'expression continuera à être privilégiée dans les colonnes de regardactu.

Philippe Soulié

 

Philippe Buvat et Ingrid Convers ont choisi de donner la paroles aux citoyens. Durant leurs déplacements, ce sont ces témoignages qu'ils mettent en évidence et à la vue de tous. En voici quelques-uns :

Ingrid Convers et Philippe Buvat ont choisi de donner la parole aux citoyens lambdas
Ingrid Convers et Philippe Buvat ont choisi de donner la parole aux citoyens lambdas
Ingrid Convers et Philippe Buvat ont choisi de donner la parole aux citoyens lambdas
Ingrid Convers et Philippe Buvat ont choisi de donner la parole aux citoyens lambdas
Ingrid Convers et Philippe Buvat ont choisi de donner la parole aux citoyens lambdas
Ingrid Convers et Philippe Buvat ont choisi de donner la parole aux citoyens lambdas
Ingrid Convers et Philippe Buvat ont choisi de donner la parole aux citoyens lambdas
Ingrid Convers et Philippe Buvat ont choisi de donner la parole aux citoyens lambdas
Ingrid Convers et Philippe Buvat ont choisi de donner la parole aux citoyens lambdas
Ingrid Convers et Philippe Buvat ont choisi de donner la parole aux citoyens lambdas
Ingrid Convers et Philippe Buvat ont choisi de donner la parole aux citoyens lambdas
Ingrid Convers et Philippe Buvat ont choisi de donner la parole aux citoyens lambdas
Ingrid Convers et Philippe Buvat ont choisi de donner la parole aux citoyens lambdas
Ingrid Convers et Philippe Buvat ont choisi de donner la parole aux citoyens lambdas
Ingrid Convers et Philippe Buvat ont choisi de donner la parole aux citoyens lambdas
Ingrid Convers et Philippe Buvat ont choisi de donner la parole aux citoyens lambdas
Ingrid Convers et Philippe Buvat ont choisi de donner la parole aux citoyens lambdas
Ingrid Convers et Philippe Buvat ont choisi de donner la parole aux citoyens lambdas
Ingrid Convers et Philippe Buvat ont choisi de donner la parole aux citoyens lambdas
Ingrid Convers et Philippe Buvat ont choisi de donner la parole aux citoyens lambdas
Ingrid Convers et Philippe Buvat ont choisi de donner la parole aux citoyens lambdas
Ingrid Convers et Philippe Buvat ont choisi de donner la parole aux citoyens lambdas
Ingrid Convers et Philippe Buvat ont choisi de donner la parole aux citoyens lambdas
Ingrid Convers et Philippe Buvat ont choisi de donner la parole aux citoyens lambdas
Ingrid Convers et Philippe Buvat ont choisi de donner la parole aux citoyens lambdas
Ingrid Convers et Philippe Buvat ont choisi de donner la parole aux citoyens lambdas
Ingrid Convers et Philippe Buvat ont choisi de donner la parole aux citoyens lambdas
Ingrid Convers et Philippe Buvat ont choisi de donner la parole aux citoyens lambdas
Ingrid Convers et Philippe Buvat ont choisi de donner la parole aux citoyens lambdas
Ingrid Convers et Philippe Buvat ont choisi de donner la parole aux citoyens lambdas
Ingrid Convers et Philippe Buvat ont choisi de donner la parole aux citoyens lambdas
Ingrid Convers et Philippe Buvat ont choisi de donner la parole aux citoyens lambdas

Ingrid Convers et Philippe Buvat ont choisi de donner la parole aux citoyens lambdas

Tag(s) : #Montluçon

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :