Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le 2ème round du processus électoral présidentiel vient de donner son verdict. Le nouveau Président de la République vient d’être élu avec un score ne souffrant pas de discussion. Pour autant de nombreux français s’interrogent sur les conditions et les résultats du scrutin et de leurs portées sur le moyen terme.

Pour les cinq ans qui viennent, notre pays va être amené à s’inscrire dans la voie tracée par ses prédécesseurs, celle des Chirac-Sarkozy refusant au peuple de France le droit de faire évoluer la Constitution d’une Europe en crise des effets du libéralisme financier s’attaquant aux droits des peuples et soumis à la concurrence libre et non faussée de la course aux profit maximum, celle des Hollande-Valls-Merkel, appliquant à la lettre les orientations libérales autoritaires, impulsées par une autorité bancaire autonome de ses décisions et une commission aux ordres des intérêts de l’industrie et du commerce de l’Allemagne super puissance du vieux continent.

Notons le fait caractéristique de cette élection présidentielle qui pour beaucoup de nos concitoyens ont, en ce second tour d’abord et avant tout, voulu écarter les dangers extrémistes que faisaient craindre la présence de Madame Le Pen avec sa vision isolationniste et raciste de la société qu’elle promeut…

Pour autant nous ne nous sentons pas soulagés de ces 10,5 millions de voix obtenues dans un contexte ou la dédiabolisation de ce front de la haine fut monnaie courante ces cinq dernières années. Supposer qu’il suffirait d’en appeler au réflexe aléatoire d’un front républicain pour éloigner ce grave problème de démocratie et d’atteinte aux valeurs de la république reste un leurre.

Soyons clairs un fois encore, sans s’attaquer aux questions urgentes de la justice sociale, à celles du mal vivre, de l’exclusion de catégories entières rejetées loin des centres de vie, de santé, de travail dont elles sont interdites etc… rien ne se résoudra par des incantations de bonne morale des bien-pensants…

Tout l’indique au soir de cette élection, le nouveau président ne reçoit pas un vote d’adhésion pour son programme mais un vote par défaut, tout indique que déjà la force d’opposition civique et politique s’exprime par le total jamais atteint des abstentions et des votes nuls. Si l’on rapporte ces votes ou non votes aux scores des deux finalistes, on remarque :

Emmanuel Macron 20 millions de voix 66,10 % des exprimés

Mais 42, 10 % des inscrits

Marine Le Pen 10,5 millions de voix 66 % des exprimés

Mais 23,9 % des inscrits

Notons pour mieux appréhender la situation réelle :

Abstentions-Blancs et Nuls les 12 millions de non-vote

Soit 34 % des inscrits

Personne ne contestera l’élection de Mr Emmanuel Macron, certes, pour autant les conditions de son élection ont l’odeur de soufre. Avec le refus à la fois des dangers Lepéniste et des faillites des partis de gouvernement réunis dans un échec flagrant après avoir occupé le devant de la scène trop longtemps au seul profit de la caste de l’argent facile et des affaires qui vont de pair. Objectivement PS et LR par leur politique libérale ont accéléré la promotion d’un produit adapté à la poursuite de leur vision sociétale. Ils ne peuvent être absents de la réflexion et des capacités d’action de la nouvelle présidence. Ils se posent déjà en support prêts à conforter les manques et les limites du successeur.

Pour autant d’une voix royale annoncée prenons en compte :

Les forts taux d’abstention, les votes blancs et nuls soit un français sur trois, ne se retrouvent pas dans les satisfécits à la mode dans les rangs de « l’establishment » médiatique et politique national.

Tout reste à faire pour établir maintenant un nouveau dispositif de gestion du pays. Le cadre institutionnel particulièrement essoufflé et qui s’inscrit en faux des attentes larges du pays, risque de tanguer fortement dans la mise en œuvre du programme ultralibéral du nouveau président. Aura- t-il une majorité législative qui suit, cette question est entière !

Le candidat MACRON n’a-t-il pas annoncé sa volonté de procéder à l’élaboration des lois en utilisant le 49/3 et les ordonnances ! Bonjour l’autoritarisme libéral.

Un sondage des jours derniers indiquait que les français ne désiraient pas donner une majorité législative à Emmanuel Macron ! On comprend pourquoi le nouveau maitre des lieux anticipe ainsi à la démarche législative.

Dans les semaines qui viennent, tout va bouger de nouveau… Ni le résultat de l’extrême droite ni les attentes positives créées par le vote en faveur de Jean-Luc Mélenchon ne sont à prendre à la légère et l’on se méfie dans l’environnement proche du nouveau Président en préparation d’installation au pouvoir.

Le peuple peut encore faire entendre sa voix et sa légitimité. Souhaitons ici que le troisième round lui soit favorable.

Pour le département :

On remarquera que les tendances nationales se reflètent pour l’essentiel sur notre département et sur les trois circonscriptions.

En Allier en regard des exprimés :

E.Macron recueille 54 515 voix

Soit : 64,4 % des exprimés

M. Le Pen recueille 19 046 voix

Soit : 35,6 %

Sur les inscrits au nombre de 84 622

E. Macron recueille 40,78 %

M. Le Pen recueille 22,50 %

Et les abstentions- Bulletins Blancs et Nuls s’élèvent à 32,75 %

Sur le département il y a 9 669 exprimés en moins qu’au 1er tour et 2 226 votants en moins. Ce qui exprime bien les insatisfactions fermes de nombreux électeurs en regard des choix proposés par les candidats restants.

On remarquera aussi que c’est sur la seconde circonscription – Montluçon – que la participation est la moins forte.

  • 1ère circonscription Moulins 77,85 %

  • 2ème circonscription Montluçon 74,09 %

  • 3ème circonscription Vichy 77,21 %

La même observation est valable pour blancs et nuls

  • 1ère circonscription 9 750 = 10,86 %

  • 2ème circonscription 9 633 = 11,38 %

  • 3ème circonscription 8 025 = 10,13 %

A chacun de mesurer ces chiffres qui reflètent sans doute les états d’esprit du corps électoral et du niveau de mécontentement des citoyens ne trouvant pas leur compte dans les propositions des candidats en présence. Ce qui laisse totalement ouverts les enjeux pour les législatives.

Mais ce qui permet aussi de constater que tout à la fois le département et la seconde circonscription d’une manière plus marquée ont vu le nombre de blancs et de nuls être d’un plus haut niveau que dans d’autres départements et d’autres circonscriptions. De là à considérer que les consignes des leaders PS et PCF n’ont pas pesé lourd, il n’y qu’un pas que l’on peut franchir aisément…Par contre félicitons nous d’une bonne compréhension de l’attitude des leaders de la France Insoumise refusant par honnêteté intellectuelle de donner une consigne de vote hormis bien sûr que pas une voix ne devait se porter sur le nom de Madame Le Pen. Il serait temps de comprendre que les soutiens de la France Insoumise sont des gens conscients de leur engagement au service de l’intérêt commun et de leur autonomie de décision.

Paul Crespin Pour le collectif France Insoumise

Groupes de Montluçon et ses cantons et pour Commentry-Montmarault

Tag(s) : #Politique

Partager cet article

Repost 0