Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Les rencontres de la coordination nationale de défense des hôpitaux et des maternités de proximité se tenaient ce week-end à Concarneau les 23, 24 et 25 juin. Regardactu a assisté aux débats, et le moins que l'on puisse dire, est que nous en revenons avec le sentiment d'avoir participé à d'authentiques échanges entre militants pleinement investis dans leur rôle de lanceurs d'alerte et de contre-pouvoir constructif.

28 comités, soit environ 80 personnes, s'étaient donnés ainsi rendez-vous dans un cadre idyllique puisque les salles qui devaient leur servir de lieux de travaux et d'échanges se situaient juste en face de l'océan que la principale salle où se prenait les repas surplombait, comme certains clichés le montrent.

 

La salle de restauration du CAC avec vue sur la mer pour les rares moments de pause.

 

La salle des débats juste avant l'arrivée des participants

 

Le Maire de Concarneau, André Fidelin a prononcé un discours de bienvenue avant de se retirer et que débutent les travaux des comités locaux . Ci-dessous, l'intervention du Maire

Intervention du Maire de Concarneau lors des rencontres nationales de la coordination de défense des hôpitaux

L'évènement le plus marquant de ces rencontres réside surtout dans le fait que la coordination a décidé d'étendre son champ de compétences et d'intervention sur tous les domaines qui relèvent de la santé et des moyens à mettre en œuvre pour garantir le plus haut niveau de prise en charge des patients.

Ce n'est donc pas un hasard si la première matinée était plus centrée sur les établissements d'hébergement des personnes en perte d'autonomie, quelqu'en soit la cause , âge, handicap, maladie..

C'est Janine Carasco de l'IPSM Gourmelen de Quimper, dont vous pouvez visionner l'intervention ci-dessous, qui a introduit ce débat :

Débat introduit par Janine Carasco, éduc spécialisée à l'IPSM Gourmelen de Quimper

Beaucoup d'interventions pour ce premier débat avec la salle.
Beaucoup d'interventions pour ce premier débat avec la salle.
Beaucoup d'interventions pour ce premier débat avec la salle.
Beaucoup d'interventions pour ce premier débat avec la salle.
Beaucoup d'interventions pour ce premier débat avec la salle.
Beaucoup d'interventions pour ce premier débat avec la salle.
Beaucoup d'interventions pour ce premier débat avec la salle.
Beaucoup d'interventions pour ce premier débat avec la salle.
Beaucoup d'interventions pour ce premier débat avec la salle.
Beaucoup d'interventions pour ce premier débat avec la salle.
Beaucoup d'interventions pour ce premier débat avec la salle.
Beaucoup d'interventions pour ce premier débat avec la salle.
Beaucoup d'interventions pour ce premier débat avec la salle.
Beaucoup d'interventions pour ce premier débat avec la salle.

Beaucoup d'interventions pour ce premier débat avec la salle.

L'après-midi, les comités se sont répartis en trois groupes d'étude. Il leur était demandé de travailler sur trois axes :

• 1er) les liens entre la coordination et les comités locaux.

• 2em) les liens avec les organisations syndicales afin de mieux coordonner les luttes et les résistances face au démantèlement des services de soins.

• 3em) les liens avec la presse qui reste un des sujets délicats depuis que l'immense majorité des médias nationaux et régionaux appartiennent à des grands groupes financiers.


De ces groupes de travail sont ressortis des propositions très concrètes, comme par exemple, l'amélioration de la lettre régulière de la coordination qui devrait s'enrichir de textes de référence pour aider les collectifs locaux dans leurs actions quotidiennes, ou encore, se saisir des opportunités qu'offrent les réseaux sociaux (sites internet, pages Facebook, Twitter) afin de contourner les organes de presse officiels, notamment pour faire connaitre et populariser les luttes pour préserver notre système de santé. La piste des médias libres a également été évoquée dans un des ateliers.

Par ailleurs, le site national de la coordination devrait beaucoup s'améliorer dans les mois qui viennent, grâce à l'investissement de plusieurs militants qui travaillent pour faire évoluer son architecture.

Le soir, le débat, ouvert au public, abordait une question centrale, en résonance avec la menace des déserts médicaux qui commence à toucher beaucoup de villes moyennes comme c'est le cas à Concarneau et à Montluçon. L'implantation de "Centres de santé", qu'il ne faut pas confondre avec les "Maisons de santé*, pourrait apparaître comme une solution crédible, en adéquation avec les aspirations de certains praticiens. Beaucoup de jeunes médecins se disent prêts en effet à exercer leur activité dans des structures dédiées avec un statut de salarié.

Cette organisation leur épargne bien des soucis et leur permet de se consacrer entièrement à leur activité sans se soucier du travail administratif. Par ailleurs, les horaires de travail sont moins contraignants que dans le libéral, et comme la profession s'est aussi féminisée ces dernières années, beaucoup de praticiens recherchent un équilibre entre vie professionnelle et vie familiale. Il n'est donc plus questions d'aligner 80 heures par semaines comme cela pouvait être le cas auparavant.

C'est donc à partir de ce constat que le comité de défense de l'hôpital de Concarneau s'est intéressé à la question de la faisabilité d'un tel centre dans leur ville. Pour mener cette étude, ils ont sollicité les conseils de spécialistes pour élaborer un projet. Ce sont ces personnes qui étaient invitées ce soir-là pour animer le débat qui portait à la fois sur le maintien des services existants dans les hôpitaux de proximité, et sur les alternatives possibles pour la médecine de ville confrontée aux départs programmés de nombreux médecins libéraux.

• Madame Latarche-Bertrand, directrice d'un tout nouveau Centre de santé à Bergerac a fait un premier bilan du fonctionnement de ce tout nouveau Centre de santé très prometteur pour l'avenir. Une structure qui devrait consolider son offre de soins très prochainement avec l'embauche de nouveaux professionnels de santé.

• Le Docteur Thery qui fut, par le passé, administrateur d'un important Centre de Santé dans la région parisienne a surtout permis de dégager des pistes de travail pour le montage d'un tel projet. C'est d'ailleurs lui qui a permis au projet de Concarneau de prospérer et grâce en partie à lui aussi si celui-ci est maintenant bien avancé.

• Maxime Gaillac, syndicaliste a surtout évoqué les mobilisations qui se développent pour conserver les services de médecine dans les hôpitaux de proximité, en illustrant son propos à partir de la lutte pour le maintien de la maternité de Decazeville où il travaille (lire ICI). Un sujet qui rentrait en résonance avec la lutte des habitants de Concarneau qui ont perdu leur maternité dans les années 90, ce qui a contribué en 2008 à la fermeture des urgences de nuit.

• Patrick Dubreil, médecin généraliste, représentant du Syndicat de Médecine Général ( SMG, classé à gauche) fervent partisan d'une médecine de qualité, notablement opposé au système des primes mises en place pour dissuader les médecins libéraux de prescrire des arrêts de maladie.

La présence de toutes ces personnalités a permis des échanges de très grande qualité avec la salle dans laquelle plus d'une centaine de personnes avaient pris place. Assurément, une belle réussite dont les effets devraient pouvoir bénéficier à une réflexion plus globale sur la prise en charge des besoins en matière de santé publique sur l'ensemble du territoire.

Beaucoup de monde pour le débat public

 

La dernière matinée de travail était consacrée aux modifications des statuts afin d'élargir le champ d'intervention des comités de défense des hôpitaux et des maternités de proximité pour :

La défense et le développement d'une réponse de qualité aux besoins de santé de la population garantissant une égalité d'accès à tous et toutes en tous points du territoire.

• Le rétablissement, le maintien, l'amélioration et le développement des structures hospitalières de proximité dans le cadre du service public et d'un aménagement égalitaire de territoire.

• Le maintien, l'amélioration et le développement du maillage des soins de premier recours au plus près de la population.

Émettre , diffuser, au nom des comités qui la constituent, des avis et des propositions sur la politique générale de santé, son financement et ses déclinaisons dans les territoires et bassins de vie.

Un énorme chantier en perspective, mais qui pourrait fédérer bien au-delà des comités de défense des hôpitaux. Les statuts de la coordination le permettent maintenant, restera aux comités locaux de se mettre en conformité avec les orientations prises lors de ces rencontres nationales.

Les prochaines rencontres des comités locaux se dérouleront à Mayenne les 17, 18, et 19 novembre et auront pour thème la psychiatrie.

*Le Centre de santé fonctionne avec des professionnels de la santé salariés, alors que les maisons de santé ne sont que des bâtiments mis à disposition de praticiens libéraux.

Toutes les photos des rencontres ICI

Tag(s) : #Actualité sociale

Partager cet article

Repost 0