Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La nouvelle approche photographique entreprise par Didier Ciancia à de quoi en séduire plus d'un. Ici même, nous en avions donné un aperçu avec l'article mis en ligne le 7 juillet dernier, et  intitulé :

Didier déploie une formidable activité sur son site en ce moment. Paul Crespin y voit  "la force expressive de la création de cet artiste, jamais satisfait de son travail et cherchant en permanence à sortir des sentiers battus de l’art photographique". Mais laissons lui la parole, c'est mieux ainsi :

 

Didier Ciancia le 23 janvier 2016 lors du vernissage de son expo photo à Huriel (Voir ICI)

 

Une fois encore, Didier Ciancia étonne et émerveille. Philippe met l’accent avec pertinence sur la force expressive de la création de cet artiste, jamais satisfait de son travail et cherchant en permanence à sortir des sentiers battus de l’art photographique. Il nous a déjà offert bien des démonstrations à ce propos souvent évoquées dans Regard d’actu et sur d’autres publications. Redisons ici son souci quasi-permanent d’aborder les contradictions de notre société, sans tricher, sans volonté de plaire à quiconque.

Le mode d’expression qui est le sien, l’oeil du photographe en éveil, touche au panachage de couleurs et sollicite notre réflexion. Tout s’épaule ; partitions musicales recomposées ou innovantes, vidéos et poésies réalistes ; avec une toile de fond où tout concourt à mutualiser des expressions de sang mêlé qui sollicitent notre esprit vagabond et font vibrer notre corps.

Ce que je trouve de fort, de beau et de bon dans les approches des sujets de vie réelle de Didier, c’est que sans fard il traite de cette réalité telle qu’elle se présente et il trouve en lui-même, avec un sens aigu du vrai, les moyens de faire réagir son environnement social et existentiel.

Il en va ainsi de sa production telle que nommée par lui « Recherche du temps perdu », et de son « A potée ose » extraordinaire composition. Un temps perdu, pas si perdu que ça, qui nous conduit au bonheur d’une écoute et d’une vision éblouissante des belles choses de l’expression artistique hélas pas suffisamment à disposition des gens du peuple dans leur masse la plus populaire. Une belle harmonie qui conduit comme le dit si justement Philippe à la réflexion philosophique.

Et que les poèmes d’Aragon sont puissant, offerts sur une réécriture musicale au tempo d’un modernisme sortant ses textes réalistes d’une nostalgie du début de l’ancien siècle et de sa noirceur morbide. Comment ne pas apprécier ici l’éclairante matérialité des couleurs projetées dans la vidéo, se raccrochant aux mots comme autant de crépitements de fusées trouant le ciel d’un avenir qui reste à conquérir.

Pouvons-nous passer à côté du visionnage des productions multiples de Didier Ciancia, autant dans les thèmes choisis que dans leur réalisation, et son site en regorge, sans éprouver une vive émotion nous traversant de part en part ? A chacun de voir et d’apprécier, merci en tout cas à notre ami !

Paulo, en toute admiration du mouvement de la vie.

Pour accéder à la chaîne YouTube de Didier :

https://www.youtube.com/channel/UCevx_gJy9OmtZgPgZgLf2wg

Tag(s) : #Montluçon, #Culture-loisirs

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :