Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Monsieur MACRON et ses ministres n’ont pas de mots et gestes assez durs à l’égard des gens du peuple. Tous leurs actes de réformes rebaptisés ‘’transformation’’ sont marqués par cette volonté de servir avant tout et contre tout, les gens de la caste des riches possédants.

Ainsi pour le logement social malmené comme jamais, c’est tout un système de remise en cause des droits, de justice sociale qui s’élabore. C’est une situation particulièrement grave qui touche un vaste secteur économique pour notre pays. Il y va d’équilibre de secteurs entiers de vie et de paix sociale…Le logement social HLM c’est 18 milliards d’investissement par an alimentant l’industrie du bâtiment et c’est autant d’aide en allocation comme autant de salaire différé vers les familles dont nombre d’entre elles vivent en dessous du seuil de pauvreté…

Durant le déroulé de sa campagne électorale présidentielle, le candidat MACRON, ses amis de « En Marche », avaient dans leurs intentions la volonté de s’attaquer aux acquis sociaux des périodes précédentes. Ils avaient en sous-main déjà ce vaste projet de déconstruire le mouvement du logement social public. Mouvement paritaire de gestion au service des familles de travailleurs.

 

Barre HLM Fontbouillant

 

Dès cet été, sans crier gare, une mesure phare a été prise. : restreindre les APL attribuées à quelques 6,5 millions de foyers et de jeunes étudiants. On a vu alors le tollé de protestations occasionné.

Aucune consultation préalable, ni auprès des bailleurs sociaux ni des associations de locataires ni de collectivités locales pourtant référentes des offres HLM… Cinq (5) euros en moins pour ayants droits à compter du 1er octobre !!! Que les organismes de gestion HLM se débrouillent et baissent leurs loyers ! On affirme dès lors au ministère sans rire que : « Le logement social doit s’autofinancer plus et mieux et moins compter sur les crédits budgétaires ! ». Et très vite avec le projet de budget de l’état pour 2018, l’on comprend. La baisse des APL pour la moitié des 12 millions de familles vivant en locatif, ce sera 1,7 milliard en moins pour 2018. Ce sera dans la foulée 200 millions en moins de participation de l’état aux crédits alloués en matière de politique de cohésion sociale… Sans parler ici des baisses de dotation aux collectivités locales.

Au lieu de s’attaquer aux injustices, au mal-logement, au manque d’entretien des cités, aux augmentations du coût de la vie, la réforme MACRON entend de fait livrer le système paritaire HLM aux appétits des sociétés financières aux aguets. Le rôle de stabilisateur établi jusque-là par les implantations de quelques 700 établissements à caractère public (à l’origine des organismes de gestion à loyer modéré !) ne sera plus assuré. La porte est ouverte maintenant aux lois de l’argent, celle de la rentabilité spéculative généralisée ! Ramener à la raison les derniers lieux de résistance face aux empiétements de la financiarisation, voilà le challenge du pouvoir en place. Et pour cela, casser les Offices publics en les asphyxiant financièrement, faire entrer les actionnaires privés dans les structures de gestion, voilà l’opération En Marche… Tout cela au nom de la concurrence libre et non faussée si chère à l’Europe du capital.

Les dirigeants des offices publics en laissant faire les modifications de statuts impulsés par le ministre Borloo entre 2003 et 2005, ont joué aux apprentis sorciers ! On voit où cela mène aujourd’hui.

Hélas, la situation de l’office Montluçonnais a suivi cette mauvaise pente… On en connait depuis les résultats amers…Avec le plan de redressement CGLLS en cours d’application, l’OPH que dirige sous couvert du Comité d’Agglomération, Mr le maire Dugléry ne pourra pas faire face à cette nouvelle réforme nationale. Vouloir procéder à des augmentations de loyers pour l’ensemble du parc, dépassant les bases fixées par le projet de loi de finance pour 2018, ne peut en aucun cas représenter une solution à moyen et long terme. Dans les conditions de crise économique et démographique du secteur Montluçonnais, c’est d’un plan de relance global dont Montluçon a besoin. Et tout se tient, création d’emplois, augmentation des salaires, revalorisation des prestations sociales, désenclavement ferré et relance des formations technologiques etc…Mesurons bien la situation de l’OPH dans ses réalités les plus criantes :

• Sur 4 800 logements du parc mis à disposition de locations 1 300 sont vides donc non loués
pendant que par ailleurs, 1 000 locataires occupants sont en situation d’impayés. Total, 2 300 loyers ne sont pas perçus par l’administration en place.

• Malgré les démolitions successives, la vacance se poursuit mois après mois. Une note interne indique les trois chiffres suivants, explicites en eux-mêmes :

Pour l’année 2018 : 673 logements vacants recensés. Pour 2016 : 712 logements vacants. Pour
2017 : 754 logements vacants. Les vacances ne cessent de s’élargir malgré les programmes ANRU qui se succèdent (démolitions, constructions pavillonnaires)

Pendant ce temps, les demandes insatisfaites enregistrées au siège voient leur nombre augmenter : ainsi, pour juillet 2017 = 825 demandes et pour octobre 2017 = 957 demandes.
Cherchez l’erreur ! Remarquons alors que de multiples causes sont évoquées comme explications comme : Baisse de population, inadaptation des immeubles à étages, dégradations de certains locataires en partance… Jamais la cherté des loyers, jamais ou peu souvent la modification des compositions familiales (vieillissement, monoparentalité, etc. ), jamais le manque d’entretien et la hausse des charges…Jamais non plus le manque d’emplois et les emplois précaires mal payés sur le bassin d’emploi…

Cette réalité complexe et délicate de la situation de l’OPH démontre pourtant bien que la solution qui consiste à s’en prendre aux APL et au surenchérissement des loyers n’est pas la solution… Il faut avec courage et objectivité cerner les vraies causes des difficultés et se tourner vers qui de droit. C’est-à-dire vers le refus des politiques nationales mises en oeuvre. Ainsi sur les financements prévus par le projet de budget pour 2018. Redonner les fonds nécessaires aux besoins des plans de constructions, de réhabilitations et de pratiques urbaines équilibrés. Dans ce cadre, redonner à l’aide à la pierre les moyens nécessaires…Revaloriser la Caisse des Dépôts et Consignations, véritable banque publique pour les collectivités. Revaloriser la collecte de la Caisse d’Epargne ainsi que celle du 1 % entreprise redescendu à tout juste 0,40 % depuis les années de crise…

Les organismes de défense du logement social demandent la tenue des états généraux logement pour faire vivre une véritable concertation avec le gouvernement !

Le chef de l’Etat enfermé dans ses certitudes de faire valoir des demandes du MEDEF et des
cadeaux fiscaux à leur accorder, va devoir revoir ses orientations mortifères pour la paix sociale et la mixité sociale attendues de tous. C’est aux locataires et aux citoyens de pousser en ce sens !

Montluçon le 29/10/2017

Paul Crespin.

Tag(s) : #Actualité sociale

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :