Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Partira, partira pas ? Cela fait plusieurs mois que la situation du maire actuel de Montluçon interroge et nous interpelle en tant que citoyen…En effet, si l’on peut comprendre et partager ce qu’un maire ayant assuré plusieurs mandats de rang, veuille passer la main, il ne peut se concevoir que cela ne se fasse pas dans la clarté des intentions des buts et des moyens.

« Sonné par sa défaite, le maire LR de Montluçon se donne encore le temps de la réflexion », c’est le journal La Montagne qui titre ainsi un article (publié le 20/06/2017) concernant la 4ème défaite de M. Dugléry aux élections législatives ! Et l’article ajoute : « Mr Dugléry se dit dépité et laisse planer le doute sur son avenir à Montluçon ».

Six mois après, est-on maintenant vraiment en mesure de savoir si Monsieur Dugléry, élu depuis 2001,  quitte bien la direction des affaires municipales ?

Ces jours derniers, La Montagne s’en fait largement l’écho sur deux pleines pages en date du 02/12/2017. La décision du maire est prise et la succession assurée ! La majorité de droite du conseil a tranché après un vote délicat,  un de ses adjoints Mr Frédéric Laporte a été désigné à une voix près, devant un autre adjoint Mr Joseph Roudillon . Et Mr Dugléry n’aurait pas pris part au vote, laissant les soutiens de chacun s’expliquer entre eux.

On peut parler de mise en marche d’un scénario pas très explicite.

D’abord quant au rôle de Daniel Dugléry  lui-même quittant son poste de maire en cours de mandat. Aménageant d’une certaine manière, les résultats du suffrage universel des municipales de 2014 ! Des voix dans l’opposition municipale s’en étonnent. Ensuite, parce qu’en surplus de la dichotomie des postulants à l’héritage, il s’agit de regarder au-delà des apparences.

Mr Daniel Dugléry quitte-t-il le premier rôle de la vie municipale ? Rien ne permet de le penser vraiment ! En effet, il ne quitte pas semble-t-il, ses postes de président de différentes structures importantes s’il en est. Par exemple président de la communauté d’agglomération ou président du pôle d’équilibre territorial et rural du pays de la vallée de Montluçon.  Idem pour  celui de président de l’O.P.H.L.M…

Rappelons pour mémoire que s’agissant des compétences de la Communauté d’Agglomération celles-ci s’appliquent sur onze domaines essentielles de la gestion et concernent toutes les communes de la C.A.M : l’aménagement urbain (La politique de la ville aussi dénommée ainsi) ; les questions du logement social ; les implantations commerciales et industrielles ; la politique des transports urbains ; celle de l’eau et l’assainissement ; le ramassage et traitement des ordures ménagères ; le tourisme, les équipements culturels et sportifs etc… Tous ces éléments de vie sociale et d’aménagement se traitent et se règlent par l’intercommunalité d’agglomération large, le conseil que préside actuellement Daniel Dugléry, ses vices présidents et des syndicats intercommunaux spécifiques.

Cela fait plusieurs décennies maintenant (et n’est pas un hasard) que les dirigeants du pouvoir d’état pensent de plus en plus à restreindre le pouvoir des communes, le berceau de notre démocratie républicaine, pour organiser des regroupements de collectivités de plus en plus massives et sans pouvoir de contrôle réel des populations concernées.

Alors, peut-on en regard de nos observations, se ranger du  côté du bienfondé des annonces qui nous sont faites ? Ne faut-il pas comme le font des observateurs attentifs se pencher aussi sur l’histoire des changements de maire en cours de mandats et remarquer que dans des circonstances diverses, le processus de succession non ratifié par un vote populaire n’a pas donné les résultats escomptés.

On pourrait épiloguer, tergiverser sur de tels faits de succession, en sachant qu’aucune situation n’est vraiment la même, pas plus que les contextes politiques dans lesquels les évolutions des équipes se produisent. Pour autant la notion de référence à l’expression démocratique du suffrage universel ne peut être balayée d’un revers de manche.

Et quelque part Monsieur Dugléry voit bien le défaut du processus engagé. Il le souligne à sa manière en faisant  observer à propos de son passage de témoin en faveur de F. Laporte  que celui-ci n’est pas connu de la population: « On le prendra par la main pour l’amener sur le terrain…. Il va falloir qu’il se révèle auprès de la population… » La Montagne du 02/12/2017.

Le conseil municipal du 14 décembre, invité à valider le changement de maire pour Montluçon, lèvera-t-il dans ses attendus et ses décisions, les incertitudes voir les ambiguïtés que crée la situation présente.

Paul Crespin

Tag(s) : #Montluçon

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :