Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

 

Les échanges entre divers insoumis-es sur le web, entre autre, se font parfois sous l’angle d’une critique de l’organisation nationale de la France Insoumise. Divers militants expérimentés ou non y participent. Quoi de plus normale au niveau du cheminement des idées. Pourtant la FI est bien la matrice politique ayant permis que l’apport de multiples engagements, sans parti ou ex membres- y compris de communistes Insoumis-Insoumises-(1),  soit profitable à la réussite des objectifs que nous nous fixons tous. Et pour résumer ici, mener une révolution citoyenne portant notre pays, notre société vers d’autres lendemains libérateurs.

Avec la France Insoumise, telle que le mouvement s’installe dans le paysage politique, tel qu’il agit sur l’évolution du rapport des forces face au libéralisme à tout crin des Macrons et consort, tout est neuf  après une campagne présidentielle exceptionnelle dans sa forme et son fond. Neuf au sens des objectifs de transformation sociale  et surtout, neuf dans ce que cela a relancé pour nombre de nos concitoyens désabusés de la politique politicienne, c’est à dire un espoir… à ne pas décevoir !

Personnellement la visée politique et stratégique à laquelle je me rattache comme communiste insoumis est celle de la visée idéologique avec ‘’l’ère du peuple’’ qui s’avance…Et disant cela, je ne me sens pas à côté de la plaque, ou dépouillé de ma démarche issue de quarante ans (1962/2002) de participation militante dans le PCF. Depuis et à la suite de 2005, avec le référendum gagné et ce qui s’en suivit de trahison des élites gouvernementales du non majoritaire, avec l’expérience du Front de Gauche dénaturée et mal installée sur ses bases, heureusement la France Insoumise s’est installé là, apportant une forme active de renaissance dans le processus politique…

Pourquoi faudrait-il nier ou sous-estimer que nous ayons aujourd’hui, avec la France Insoumise, la volonté et les moyens d’élever le niveau de résistance au libéralisme globalisé. Résistance et force de projet, possédant de nouvelles capacités partant des 7 millions de voix de la présidentielle à faire partager.

Nos propositions d’un avenir social écologique d’une dimension humaniste renouvelée ne disparaissent pas parce que les luttes ne font pas l’objet de l’’intérêt auxquelles elles ont droit. Ce ne serait pas sérieux de laisser penser cela à partir des observations que le mouvement syndical n’est pas au diapason ou encore que tout n’est pas parfait dans l’organisation du mouvement même après les avancées réelles enregistrées lors de la Convention de Clermont-Ferrand.

En dix-huit mois, il s’est agi d’un nouveau départ qui ne pouvait pas se faire à partir d’une voie royale toute tracée. Les conditions de vie du mouvement sont des conditions objectives à améliorer sans cesse, elles ne le seront pas sans tenir compte des conditions sociales, politiques, idéologiques qui nous environnent, c’est sans doute pourquoi la volonté affirmée par les travaux de la convention, ses  structures d’animation,  de tendre avec nos groupes avant tout vers l’action, est tellement décisif.

Qu’il y ait des obstacles au développement du Mouvement, dans sa stratégie unitaire  de vouloir fédérer le peuple, que des chausse-trappes se présentent déposées à partir des mouvances instables de la gauche, celle dite située à  la gauche du PS, à commencer par l’environnement du PCF, voire d’autres groupes s’agitant  à la marge du mouvement populaire, on le sait, et c’est regrettable. Nuisible et regrettable oui, car cela a déjà coûté cher dans les scrutins récents, mais cela n’est pas insurmontable.
              
Nous avons pour nous un terrain social en attente, certes manipulé par l’idéologie dominante du fatalisme néo libéral, mais ou préexiste en terme d’état d’esprit et d’attente populaire de justice et de mieux vivre un certain ‘’dégagisme’’ ambiant persistant. Il ne peut être question de laisser le FN s’en faire un terrain de jeu ! Et par ailleurs à titre d’expérience, peut-on lire la situation en Corse en dehors de cette réalité ?

Les besoins de persévérance, de passion dans l’engagement de recherche de clarté, obligent à construire une démarche nouvelle de caractère révolutionnaire. Et cette démarche nous interroge forcément. Un communiste insoumis nous disait récemment: « Manifestement, certains doivent revoir leur logiciel de pensée ! ». Et ajoutait aussitôt « Je m’inclus d’office dedans ».

Ces quelques lignes sont d’une objectivité pertinente et parle à beaucoup d’entre nous. Car s’il est évident que nous vivons des temps agités et de luttes de classe intransigeants, nous sommes par conséquence aussi interrogés sur la nécessité d’un renouveau militant se réappropriant les exigences de ses valeurs de base : Le contact permanent avec les gens, ceux du peuple méprisé. Ce que certains formulent aussi avec le désir de créer du commun et que je fais mien.

Au-delà de toute considération d’amélioration utile à apporter aux structures de la FI, des plateformes internet (indispensables aux militantisme moderne) des espaces de travail de niveau national , des coordinations d’initiatives de luttes sociales et politiques des moments électoraux (et il y en a à venir de très importantes (Européenne, Municipales) il n’y a rien de plus urgent que de faire vivre les décisions de la convention et en particulier ses trois priorités de campagne sociale et politique.

Qui pourrait comprendre que cela puisse se faire d’un seul coup d’un seul, sans hésitation, sans remise en cause des vieilles habitudes, des méandres de positionnement électoraliste, dont les gens ne veulent plus…Comment ne pas faire sienne cette idée que la force du mouvement, résolument sortie des arcanes centralisés de la forme parti, ne pourra  trouver sa pleine capacité militante que par l’action ?

C’est pour nous, sur Montluçon-Commentry notre agglomération de vie large, ce que nous entendons faire en mettant en place pour le 13 janvier 2018, une initiative prise par nos six groupes d’action, dite d’atelier de loi pour faire connaitre nos propositions en matière de sortie du nucléaire et de production alternative énergétique…Nous sommes à ce moment de notre mise en œuvre politique aidé par le national, faut-il s’en plaindre au nom du respect de l’autonomie des groupes ?

Nous appelons, à la fois les membres de la France Insoumise, à être des acteurs actifs des échanges sur la concrétisation de nos propositions de projet de lois à transmettre à notre groupe de députés, et dans cette même foulée, nous ouvrons largement la participation à l’ensemble de nos concitoyens. Tous les renseignements sont inscrits sur la plateforme nationale.

Comme Communistes Insoumis, partie prenante des groupes de la FI, nous avons un devoir de dévouement participatif et de réussite collective … c’est là notre responsabilité et notre  tâche principale d’insoumis !

Paul Crespin  


(1)Depuis juin 2017, une association Les Communistes Insoumis(es) s’est mise en place nationalement, intégrant la démarche de la France Insoumise. Il s’agit pour ses membres, attachés aux idées, d’un communisme de notre temps, aux valeurs humanistes renouvelées, d’apporter leur pierre à la mise en œuvre des orientations de la FI, de ses objectifs et en particulier de faire vivre au plus près des populations le programme L’Avenir en Commun.

Tag(s) : #Billet d'humeur, #Montluçon

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :