Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Deux salariées de la clinique St François à Désertines, dont une est déléguée syndicale de la CFE-CGC ont appris par simple note de service leur mutation d'une autre unité.

La CGT est formelle : la Direction de l'établissement n'a pas respecté ses obligations en matière de droit du Travail (pas de modification des contrats de travail, pas d'avenant à ces derniers, pas de consultation des instances représentatives du personnel, pourtant obligatoire pour le changement d'affectation des représentants du personnel). En fait, elle a pris cette décision de manière unilatérale au risque de déclencher un nouveau conflit, alors que la situation est déjà très tendue dans les services du fait de l'absence de dialogue social. Déjà, un conflit avait éclaté en novembre 2016 sur des questions de conditions de travail et de salaires (lire ICI)

 

Déjà en novembre 2016, le personnel de la clinique s'était déjà mis en grève pour revendiquer de meilleures conditions de travail et des salaires décents.

Première surprise, nous avons bien tenté de joindre la Direction, mais le seul numéro de téléphone proposé dans l'annuaire est un numéro surtaxé (15 centimes d'euro par minute + prix de l'appel), et pourtant le numéro ne répond pas. Nous n'aurons donc pas la version de la direction, qui, c'est le moins que l'on puisse dire, optimise au maximum ses prestations.

Dommage, car nous avions des questions à leur poser, notamment sur le climat social au sein de l'établissement. Selon la CGT, 200 salariés auraient saisi les prud'hommes (soit environ 2/3 des effectifs) , essentiellement sur des questions de rémunération. En outre, 2 plaintes ont été déposées en justice sur des questions de délit d'entrave, bien sûr directement en lien avec le fonctionnement des instances du personnel.

Il n'en faut pas plus pour que, sous couvert de l'anonymat (et par crainte d'être eux-mêmes sanctionnés), certains salariés parlent de répression anti-syndicale quand ils évoquent les mutations arbitraires de leurs collègues. C'est dire que la souffrance au travail dans cet établissement est particulièrement élevée.

C'est la raison pour laquelle le personnel de la clinique s'est donné rendez-vous devant l'entrée principale le jeudi 11 janvier à partir de 8h du matin pour soutenir les salariées qui font l'objet d'une mutation d'office au mépris des dispositions prévues dans le code du Travail, encore inchangées malgré les ordonnances Macron.

Ci-dessous le communiqué de presse de la CGT de l'hôpital privé St François :

 

 

 

 

Le syndicat CGT de l'hôpital Prive Saint-François appelle à un rassemblement de soutien le jeudi11 janvier dès 8H à la clinique Saint-François.

En effet, deux salariés dont une est Déléguée Syndicale CFE CGC, ont appris par une simple note de service le 29 décembre leur mutation de service, au mépris de tout respect et de la loi. Ces deux collègues ont 26 et 36 ans d’ancienneté au sein de la clinique et sont traitées avec une violence incroyable.

Cette décision s’inscrit dans un climat social explosif, où les salariés et élus sont régulièrement victime de pression, sanctions excessives, intimidations.

L’intersyndicale CGT , FO et CFE CGC a lancé une pétition de soutien aux deux collègues, et organisent 1h de grève de soutien le 11 Janvier 2018 .

Un point presse sera fait à 9H sur cette situation.

Tag(s) : #Desertines, #Actualité sociale

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :