Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Malheureusement, on aura appris peu de choses lors de l'assemblée générale de l'association « L'ombre à la lumière » dont le nom a légèrement été modifié à cette occasion. Pour plus de visibilité sur internet l'association s'appellera désormais « Montluçon, de l'ombre à la lumière ».

Certes, le désengagement de l’État sur les lignes qualifiées de secondaires a bien été évoqué, et les rapports Durond et Spinetta cités au passage, mais rien sur les contenus exacts de ces rapports, ce qui laisse à penser que l'association ne dispose en réalité que d'assez peu d'informations en la matière et d'une expertise insuffisante sur le sujet.

Les interventions à la tribune et dans la salle se sont donc essentiellement concentré sur les graves conséquences économiques qu'engendra inévitablement la quasi-disparition de la desserte ferroviaire et notamment des axes nord-sud et est-ouest.

Toujours est-il que sur les plus de 470 adhérents revendiqués, à peine une vingtaine étaient présents ce jour là, et encore en comptant les élus à propos de qui il est bien difficile de dire s'ils font partie ou non de l'association.

 

une association à la recherche d'un second souffle


Bien sûr, cela n'enlève rien à la sincérité et à l'investissement de celles et ceux présents dans la salle ce jour-là. Mais le petit groupe qui compose le bureau de l'association a bien du mal à trouver des volontaires pour combler les places vacantes et remplacer celles et ceux qui voudraient bien céder leur place. Ainsi, aucun volontaire ne s'est déclaré au moment de l'appel à candidature.

Pour une association qui revendique plus de 470 adhérents, cette situation est inquiétante. En comparaison, le CODERAIL, qui ne revendique que 85 adhérents, fait presque salle comble à chacune de ses réunions publiques et lors de ses AG. Quant à son expertise en la matière, elle est d'un tout autre niveau. Pourtant, les moyens financiers dont dispose le CODERAIL sont infiniment plus modestes que ceux dont dispose « Montluçon, de l'ombre à la lumière », du moins, si l'on en croit le rapport financier de cette dernière et le soutien en termes de moyens sur lequel elle peut s'appuyer.

Mais voilà, cela ne fait pas tout. Il faut aussi pouvoir compter sur l'investissement militant, et cela semble être le talon d'Achille de cette association massivement soutenue par les commerçants. Des moyens, certes, mais peu de personnes prêtes à s'investir pour faire vivre l'association et organiser des actions de sensibilisation sur le terrain.

Christophe Guerreiro aimerait bien passer la main

C'est peut-être cette situation qui a poussé Christophe Guerreiro à une action "d'éclat" (lire ICI), car cet homme sincère souhaite réellement faire bouger les lignes et obtenir de résultats pour relancer l'économie sur Montluçon et défendre les intérêts des petits commerçants qui ont déjà bien souffert des politiques nationales (en faveur des grands groupes) et locales (avec entre autres l'implantation de la zone St Jacques). Mais les actions d'éclat trouvent vite leurs limites, et même les grèves de la faim ne parviennent pas à infléchir les orientations lourdes décidées dans les cercles très fermés des grands financiers. Il faudra donc forcément explorer d'autres pistes.

Hasard du calendrier, samedi 24 mars, ce sera au tour du CODERAIL de tenir son assemblée générale. Cette association qui fête ses 30 ans d’existence a produit de nombreuses analyses à propos du désengagement de l’État de ce service public des transports, pourtant vital pour les citoyens et l'économie de la nation. Bien sûr, ils ne mettent pas en avant une recette clé en main pour enrayer cette tendance lourde, mais leurs actions au plus prêt du terrain ont largement contribué à freiner la dégradation du réseau. Pas assez, certes, mais de manière sensible tout de même.

Alors, on se prend à rêver de voir les deux associations montluçonnaises resserrer les liens pour défendre ensemble, les usagers et le tissu économique (vertueux) de proximité dont notre bassin a tant besoin.

Nota : l'association a décidé de faire refaire les drapeaux et les différents visuels et faire disparaître toute référence au TGV, car cette revendication ne correspond plus à la réalité d'aujourd'hui.

Philippe soulié

 

 

 

 

Tag(s) : #Montluçon, #Actualité sociale

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :