Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le mercredi18 avril, dès 6h, une centaine de militants CGT de différentes entreprises et services publics de l’Allier se sont rassemblés sur le rond-point de Montmarault pour montrer aux autorités toute la détermination du mouvement syndical face aux décisions régressives du Président Macron et de son gouvernement. Les usagers de la route, en particulier les chauffeurs routiers, ont assisté avec une certaine compréhension à cette initiative. Un communiqué de presse a été lu sur place pour expliquer les raisons des différentes séquences qui ont émaillées cette journée nationale d’action.

 

 

 

Des slogans qui témoignent de l'exaspération d'une grande partie de la population...

 

 

 

 

Une démonstration de force des militant-e-s de la CGT

Le communiqué de presse de la CGT :

 

 

 

La CGT de l’Allier, avec ses syndicats, ses Unions Locales et Union Départementale, a décidé de s’engager avec détermination dans la journée d’action de ce jour.

Face à un gouvernement au service de la finance et du patronat qui s’obstine à ne pas entendre les revendications des salariés, retraités, privés d’emploi et les jeunes de ce pays.

La CGT a décidé de hausser le rapport de force par des appels à la grève, des manifestations et des actions plus fortes sur la forme.

En ce sens, la CGT de l’Allier revendique  les actions suivantes :

    • Le blocage du rond-point à Montmarault sur l’axe de la RCEA.

Coupures d’électricité sur les lieux suivants :

  •  Site EDF Marcel Paul à Montluçon
  •  exploitation de Blanzat à Montluçon
  •  GDF Sainte Geneviève à Montluçon
  • Centre des finances publiques de Montluçon
  •  Local Medef de l’Allier à Désertines

Par ces actions, nous démontrons que nous sommes déterminés à construire un rapport de force nécessaire pour faire reculer ce gouvernement et par là même faire la démonstration que les salariés qui sont les seuls créateurs de richesse peuvent, s’ils le décident, reprendre le contrôle de leur outils de travail.

Le responsable régional de la CGT Auvergne Nivernais a accepté de répondre aux questions de regardactu et explique pour quelles raisons les cheminots et tous les salariés (public et privé) sont mobilisés pour la défense des services publics et particulièrement celui des transports ferroviaires.

À 15h, une manifestation s'est élancé de la Place jean Dormoy pour se diriger vers la gare. Les manifestants se sont ensuite rendu Place Piquand. Là, la circulation a été bloquée un bref instant, le temps des prises de parole.

 

La manifestation partie de la Place jean Dormoy s'est dirigé vers la Gare, puis vers la Place Piquand



 

La lutte de classe existe et il faut la mener !

La CGT a d'abord égrainé la longue liste des contre-réformes anti-sociales imposées par Emmanuel Macron et son gouvernement sous contrôle du Medef, des banquiers et des multinationales. De quoi donner le tournis aux 600 manifestants qui ont défilé. Dans sa longue intervention Éléna Blond, secrétaire de l'Union locale s'est écriée sous les applaudissements que « la lutte de classe existait bien et qu'il fallait la mener dans l'unité »

FO a réaffirmé son soutien aux salariés en lutte et aux syndicats qui les représentent en soulignant dans le même temps la nécessité « de trouver des moyens d'action interprofessionnels pour consolider et étendre le rapport de force »

Solidaires a plutôt mis en avant la notion de convergence des luttes en dénonçant la répression dont sont victimes les zadiste de Notre Dame de Landes et les étudiants dans les facultés occupées.

Cependant, la journée de manifestation du 5 mai à l'appel de François Ruffin, de Frédéric Lordon, de Gaël Quirante, et des grévistes rassemblés à la bourse du Travail à Paris que nous avions relayée ici même, n'a pas été évoquée.

Il est vrai qu'avant le 5 mai, il y aura le 1er mai qui devrait à nouveau rassembler tous les acteurs du mouvement social. Un mouvement social qui peine à s'élargir, mais ne faiblit pas non plus. En 95, la grève des cheminots ne s'était pas étendu tout de suite aux autres secteurs du public. Il avait fallu trois semaines pour que le mouvement s'embrase vraiment. L'obstination du pouvoir à ne pas répondre aux revendications avait fini par exaspérer celles et ceux qui attendaient un geste.

L'histoire va-t-elle se répéter ? Tout y contribue en tout cas. C'est pourquoi la journée du 5 mai aura aussi toute son importance, car elle contribuera à inscrire le mouvement social dans la durée.

Face à Macron la détermination ne faiblit dans l'Allier
Face à Macron la détermination ne faiblit dans l'Allier
Face à Macron la détermination ne faiblit dans l'Allier
Face à Macron la détermination ne faiblit dans l'Allier
Face à Macron la détermination ne faiblit dans l'Allier
Face à Macron la détermination ne faiblit dans l'Allier
Face à Macron la détermination ne faiblit dans l'Allier
Face à Macron la détermination ne faiblit dans l'Allier
Face à Macron la détermination ne faiblit dans l'Allier
Face à Macron la détermination ne faiblit dans l'Allier
Face à Macron la détermination ne faiblit dans l'Allier
Face à Macron la détermination ne faiblit dans l'Allier
Face à Macron la détermination ne faiblit dans l'Allier
Face à Macron la détermination ne faiblit dans l'Allier
Face à Macron la détermination ne faiblit dans l'Allier
Tag(s) : #Montluçon, #Actualité sociale

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :