Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Comme nous avons des lectrices et des lecteurs disposant d'un QI particulièrement élevé, il n'a échappé à personne que notre petite histoire de vélos-rail était un peu énorme pour être crédible, surtout un 1er avril.

Mais cette année, nous avons voulu faire d’une pierre, deux coups. À la fois pointer du doigt l'abandon de notre région par l’État, notamment en matière de transports en commun, et le faire avec humour, même si certains ont dû rire un peu jaune, compte-tenu de la réalité que nous vivons tous.

La fin programmée des Services Publics, ou simplement le fait que ceux-ci soient réduits à leur plus simple expression (santé, éducation, transports, tribunal, etc...) contribue puissamment à la désertification du territoire, et donc accélère le cycle infernal de la baisse de la démographie. Les jeunes tentent leur chance dans les villes plus importantes, et les anciens font de même vers des lieux de villégiature qui leur offrent une meilleure prise en charge en termes de soins, de transports et de services à la personne.

Ne nous cachons pas la vérité : l'Auvergne est probablement la région qui va le plus souffrir de la disparition de milliers de kilomètres de lignes de chemin de fer abandonnées par la puissance publique. Et même si certains Bourbonnais, très attachés à leur histoire, aiment à rappeler que l'Allier ne fait pas partie de l'Auvergne, nous savons tous que nous subissons de plein fouet les conséquences des choix irresponsables des politiques qui se succèdent au pouvoir depuis des décennies.

Non, il n'y a aucun projet de vélos-rail prévu entre Montluçon et Bourges. Mais ce qui nous attend est peut-être pire, car si les Montluçonnais ne se mobilisent pas en faveur de leur ville, les lignes de chemin de fer qui irriguaient naguère notre territoire, risquent de disparaître définitivement de la carte au prétexte qu'elles ne sont pas suffisamment rentables aux yeux des financiers qui s’apprêtent à faire main basse sur notre bien commun.

Deux associations de défense du rail existent à Montluçon. La plus ancienne, le CODÉRAIL se bat depuis plus de 30 ans pour le maintien et l'amélioration de ce Service Public que beaucoup de pays nous enviaient jadis. Créée à la base par un groupe de cheminots, elle a su attirer à elle des simples citoyens conscients que ce combat nous concernait tous. L'expertise du CODÉRAIL est maintenant reconnue par tous, y compris par les élus locaux qui n'hésitent pas à s'inspirer de leurs analyses le cas échéant.

L'autre association : « Montluçon, de l'ombre à la lumière » créée beaucoup plus tard, regroupe surtout des commerçants et PME locales. Ces derniers sont convaincus que l'activité économique du bassin montluçonnais ne peut être sauvegardée en l'absence d'infrastructures ferroviaires dignes de ce nom. Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'ils n'ont pas tort. Cette association qui revendiquait au départ la construction d'une ligne TGV entre Paris et Montluçon, a compris par la suite que l'urgence était ailleurs. Aujourd'hui, elle demande surtout que les lignes soient entretenues (et électrifiées), le matériel renouvelé et les temps de trajets raccourcis, pour revenir à des normes acceptables telles que nous les avions connues il y a quelques années de cela.

Du coup, on observe l’esquisse d'un rapprochement entre les deux associations, dont les revendications peuvent parfois converger. Et les usagers dans tout ça, me direz-vous ? Difficile de les mobiliser, c'est vrai. Les Services Publics ont tellement été décriés, qu'il est compliqué d'organiser la résistance. Le CDHP (Comité de Défense de l'Hôpital Public) est d'ailleurs confronté aux mêmes défis.
Une chose est cependant certaine. Si personne ne se bouge, un jour peut être y aura-t-il des vélos-rail sur certains tronçons de ligne de chemin de fer autour de Montluçon, histoire de visiter la réserve d'Indiens du Bourbonnais, au centre de nulle-part.

Merci à Claude Lemoine, ancien Président du Codérail et toujours membre actif, pour m'avoir aidé à mettre au point ce canular et à Daniel Coffin, secrétaire de cette association, qui s'est prêté au jeu avec un commentaire aux petits oignons.

Philippe Soulié

 

 

Tag(s) : #Montluçon

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :