Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Loin des violences policières qui ont éclaté dans la capitale, le cortège montluçonnais qui s'est ébranlé de la Place Piquand, s'est dirigé vers la Place Jean Dormoy effectuant ainsi le trajet habituel à l'envers.

Pour celles et ceux qui ont connu les périodes plus fastes des luttes revendicatives, les 300 manifestants présents dans le cortège de ce 1er mai 2018 pouvaient apparaître insuffisant pour espérer réussir par la suite une montée en puissance de la mobilisation. Mais ces 300 là font parti des manifestants les plus motivés, et on sait par expérience qu'une forte détermination, si elle reste constante dans le temps peut y parvenir, d'autant que dans de nombreuses autres villes la même scène se répétait.

 

« Un premier mai étape »... vers d'autres journées d'actions« Un premier mai étape »... vers d'autres journées d'actions

Surtout, la CGT a annoncé plusieurs actions dans les jours et les semaines qui viennent. Par exemple, le 3 mai, un rassemblement est prévu à 9h devant les impôts à Montluçon pour soutenir la grève des personnels, puis des actions auront lieu les semaines suivantes devant les différents services publics, avec une nouvelle date de mobilisation le 16 mai dont les détails nous serons communiqués prochainement. Le 22 mai, ce sera une nouvelle journée d'action pour la défense des services publics avec un rassemblement le matin sur Montluçon et une manifestation l'après-midi à Moulins et des départs groupés à partir de Montluçon. Et puis, évidemment, il ne faudra pas manquer la manifestation parisienne pour un grand débordement contre Macron et son monde ce samedi 5 mai.

Ces coups de boutoir à répétition font penser que cette stratégie de harcèlement pourrait se révéler plus efficace à terme, car en vérité, personne ne peut imaginer que la situation sociale puisse continuer à se détériorer indéfiniment. Partout, le mécontentement gagne du terrain, et cela dans presque toutes les catégories sociales, y compris chez les cadres qui ne s'attendaient pas à faire, eux aussi, les frais de la politique du gouvernement Macron/Philippe

Tout ceci fait que ce premier mai n'était qu'une étape de la lutte (de classe) que les 1% les plus riches pensaient, non sans cynisme, avoir définitivement remportée (si du moins on en croit Waren Buffett). Sauf que l'histoire ne s'écrit pas à l'avance. Il convient de leur rappeler !

Tag(s) : #Montluçon, #Actualité sociale

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :