Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

L’Association Laïque des Amis de Pierre Brizon et des Monuments Pacifistes et Républicains de l’Allier organise son rassemblement et son assemblée générale annuels le samedi 23 juin 2018 (place P. Brizon et salle de la mairie à partir de 10h00) à Franchesse, la commune dont Pierre Brizon était le député-maire.

À cette occasion sera présentée la nouvelle exposition itinérante consacrée à Pierre Brizon et aux monuments pacifistes et républicains de l’Allier

À son retour de la conférence socialiste internationaliste de Kienthal à laquelle il participait comme délégué français, il annonçait, dans son discours historique du 24 juin 1916 à la Chambre des députés, qu’il refusait, avec deux autres députés, de continuer à voter les crédits de guerre pour arrêter le grand massacre européen, engagement qu’il maintiendra jusqu’à la fin de la guerre.

« La Victoire » ? Quelle « victoire » ? s’interrogeait Pierre Brizon dans un éditorial de son journal La Vague la veille des cérémonies du 14 juillet 1919.

« Non, non, ne fêtons pas la ‘victoire’… La victoire, c’est la guerre. Et la guerre c’est la Mort […] On ne fête pas la mort de 10 millions d’hommes […] L’Europe dorée, qui tenait le gouvernail, a sacrifié dix millions d’hommes à des intérêts odieux, à des préjugés terribles […] Nous l’avions dit il y a trois ans, dans le Manifeste de Kienthal : ‘Ni vainqueurs, ni vaincus, ou plutôt tous vaincus, c’est-à-dire tous saignés, tous ruinés, tous épuisés : tel sera le bilan de cette folie meurtrière’. Et nous l’avions précisé le 24 juin 1916 devant la Chambre – sauvage et hurlante : ‘Avec la jeunesse dans la tombe, les meilleures générations sacrifiées, la civilisation en partie détruite, la fortune perdue, la désolation partout, la victoire serait-elle la victoire ? ‘ […] Il n’y aurait de victoire que si la guerre était morte à jamais. […] Mais la guerre ne sera écrasée pour toujours que par le triomphe des peuples sur leurs gouvernements de proie, de privilège et de réaction. […] À bas la guerre ! »

1919, 1920,1921 … la guerre contre les peuples « qu’ont ruine et qu’on tue » (Manifeste de Kienthal) n’était pas morte. Elle se menait encore en Orient, en Russie, en Allemagne, en Hongrie… contre la révolution.

2018, la guerre contre les peuples « qu’on ruine et qu’on tue « n’est pas morte. Elle se mène en Syrie, au Yémen, à Gaza, en Afrique …

Comme Brizon, nous réaffirmerons à Franchesse le samedi 23 juin 2018 « la guerre ne sera écrasée pour toujours que par le triomphe des peuples sur leurs gouvernements de proie, de privilège et de réaction. À bas la guerre ! »

Tag(s) : #Franchesse

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :