Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Roland Lepaysan réagit ici en son nom   à propos d'un traitement du journal national Marianne envers François RUFFIN Député affilié au groupe de la FI à l'assemblée Nationale, qui alimente une polémique pas très sérieuse, voir malsaine de certains lecteurs. Nous donnons la parole à R Lepaysan que nous savons attaché à la vérité des faits.

 

 

Ayant lu le billet de Marianne sur F Ruffin « Un an après, François Ruffin se paye toujours au SMIC : "La prochaine fois, je m'accorderai une augmentation" », par Étienne Girard Publié le 21/06/2018 à 08:04 dans le journal Mariane https://www.marianne.net/politique/un-apres-francois-ruffin-se-paye-toujours-au-smic-la-prochaine-fois-je-m-accorderai-une, je suis catastrophé par les réactions des personnes, mises en avant, et dont le contenu me semble lamentable. Cela m’étonne encore. Suis-je naïf ! Ce qui m’amène à quelques réflexions, sans plus développer.

Ces personnes qui auraient tout à gagner en s’informant un peu mieux, autrement qu’avec la propagande pro-gouvernementale, relayée par les medias grand public de plus en plus à droite, devenus « medias-menteurs ». Au contraire, Il faudrait être curieux, critique aussi, et privilégier les débats contradictoires, maintenant absents de la majorité d’entre eux.

Mais, à quel moment, combien de temps faudra-t-il subir cette hérésie du soi-disant « marché efficace et auto-régulé » (la main invisible = Dieu !) des auto-satisfaits « modernes », clones d’élevages en batterie tels les Macron et toute la volaille suiviste (les nuisibles, poujadistes, leurs connaissances en économie ce limitant, pour la plupart à : recette/dépense tel des boutiquiers), qui nous font régresser de 100 voire 300 ans. Même A. Smith, partisan de monopole d’intérêt général, les aurait moqués.

Il est écœurant d’assister aux applaudissements et mines réjouis de cette assemblée de godillots après chaque vote des pires articles réactionnaires autant que stupides, détruisant méthodiquement « la République » avec comme un des principaux objectifs, la restauration de l’ordre ancien (privilèges aux aristocrates ou nouveaux riches), la majorité du peuple étant considéré par l’idéologie réactionnaire comme des manants ou comme rien.

La nouvelle religion a formaté, tels des ordinateurs, des légions d’évangélistes du marché, incapables, ânonnant en boucle leurs mantra, refusant de remettre en cause les dogmes idéologiques dont ils se font les zélateurs, qui pourtant ne fonctionnent pas (sauf pour les 1%). Cela n’a d’ailleurs jamais fonctionné, et nous conduit le plus sûrement du monde au désastre final. Les diverses élections en Europe en attestent par le rejet des fauteurs de « cette Europe ». Mais ceux-ci restent pourtant sourds et aveugles aux multiples signaux qui leurs sont destinés. Et ne pensez pas les convaincre de quoi que ce soit, ils n’écoutent pas, ne lisent surtout pas les avis contraires, et quand ils promettent la concertation c’est à condition d’être par avance d’accord avec eux, Sinon vous êtes considéré comme un fauteur de trouble, passéiste, ringard, complotiste, etc.*

Sans prétendre à la vérité, à quel moment les soi-disant sachant, les idées reçues, les à priori, le soi-disant bon sens, tout cela va-t-il poser question et bouger dans les têtes des uns et autres ?

De nos jours, l’économie est un sujet central dans la conduite des affaires politiques, alors que les âneries proférées volent en escadrille, contribuant à la désinformation générale. Thème toujours difficile à aborder, tellement ceux qui n’ont pas intérêt à le faire, bottent en touche pour ne pas avoir à en parler. Mais les analyses convergentes étant rares, beaucoup, quelles que soient les orientations socio-économiques qu’ils défendent, préfèrent éviter le débat. Misère de la pensée diraient certains. Même constat pour l’Europe. Seuls les euro-béats ont droit au chapitre malgré l’échec patent. Aussi, la vraie question est-elle « à quel moment les esprits vont sortir du formatage de la pensée unique, qui nous conduit à une nouvelle crise type 1929/30 peut être en pire. »

Peut-être faudrait-il mettre à profit la prochaine période de vacances pour se documenter sérieusement en lisant deux excellents livres cités à la fin de cet article. Ces ouvrages ne prônent pas « le grand soir » cher à certains, qui la plupart du temps ne débouche sur rien. Il n’est pas question non plus de « dictature de gauche », contrairement à ce qu’essaient de faire croire les médias « bien-pensants », mais d’une politique « pour tous », forcement imparfaite, a l’inverse de celle menée depuis de nombreuses années par les gouvernements de droite ou de fausse-gauche, qui dans le réel s’avère désastreuse.

Roland Lepaysan

* • « Quand l’empire de la bêtise surpasse celui de l’argent » J Généreux. Éditions du Seuil
• «  La monnaie, un enjeu politique » Les économistes atterrés.

Tag(s) : #Billet d'humeur

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :