Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

 Marc Batard, guide de haute-montagne et recordman de l’ascension en solitaire et sans oxygène de la face sud de l’Everest en 1988 (record non battu jusqu’à maintenant) a posé ses crampons et son sac à dos dans notre Bourbonnais, plus précisément à La Celle, il y a quelques années. Regardactu l’avait rencontré en juin 2017. Il nous avait exposé son projet de gravir une nouvelle fois le Toit du Monde en 2022 à l’occasion de ses 70 ans, et toujours sans oxygène.

Marc a des qualités physiques hors normes et sans doute qu’il est tout à fait en mesure de répondre au défi qu’il s’est lancé, même si l’ascension de l’Everest sans oxygène reste un exploit qu’ont réussi jusqu’à maintenant peu de grimpeurs. La masse des vainqueurs de ce sommet ont réussi grâce à l’oxygène.

 

Marc Batard

Mais ce projet est aussi la couverture d’un autre, tout aussi ambitieux, auquel Marc réfléchit depuis 20 ans : la création d’une école pour les alpinistes de très haute altitude qui n’existe pas. Certes, des écoles de guides, il y en a dans certains pays, comme en France celle de Chamonix considérée comme la meilleure du Monde, qui forment des alpinistes de très haut niveau technique. Des questions restent cependant posées quant au nombre d’accidents qu’ont subis ces dernières années des guides et leurs clients.

Fort de sa très grande expérience des ascensions à travers le Monde, Marc Batard pense indispensable de concourir à la création d’écoles de Haute-Montagne pour des professionnels de 15 pays où il y a des sommets de plus de 6 000 m. La plupart de ces professionnels emmènent leurs clients sur les plus hauts sommets sans parfois posséder une technique suffisante et  une formation sur la sécurité optimale. Ils seraient donc les élèves de ces écoles, dont la première pourrait se situer au Népal, pays cher au cœur de Marc où il a de nombreux amis.

Donc projet double, pourrait-on dire, qui nécessite de nombreux préparatifs et la recherche de financements n’est pas le moindre. Aidé par la notoriété de quelques amis comme Emmanuel Petit (champion du Monde de foot en 1998), Nicolas Hulot, Frédéric Thiriez (ancien Président de la Ligue Nationale de foot et passionné de montagne) qui lui a consacré un livre, il semble que les choses avancent bien, en sachant que le gros du financement nécessaire concerne les futures écoles, au Népal, au Pakistan notamment.

 

Le livre de Frédéric Thiriez

 

4 années donc pour préparer l’exploit sportif, 4 années de préparation avec une cordée de très haut niveau qu’a réussi à composer Marc Batard grâce à ses connaissances parmi le monde des alpinistes et aussi du fait de sa notoriété.

Il sera donc accompagné de Pasang Nuru Sherpa, grimpeur népalais qui a déjà à son actif 13 ascensions de l’Everest (8848 m), certes avec oxygène puisqu’il faut bien donner à ses clients les meilleures chances d’arriver au sommet. Bien sûr, en 2022, les 3 membres de la cordée monteront sans oxygène.

 

Pasang Nuru Sherpa, 13 fois l'Everest !

 

Le troisième homme est Muhammad Ali Sadpara, grimpeur Pakistanais, qui a gravi 2 fois le K2 (8611 m) et 4 fois le Nanga Parbat (8126 m) dont la dernière fois en hiver. Ces 2 montagnes sont considérées comme très difficiles.

 

Muhammad Ali Sadpara, 2 fois le K2, 4 fois le Nanga Parbat (dont 1 fois en hiver) !

 

Marc laisse entendre que Pasang et Muhammad Ali seront parmi les premiers élèves des futures écoles qu’il va créer. Cela peut surprendre quand on sait qu’ils sont déjà des professionnels de haut niveau qui emmènent sur les sommets des alpinistes eux-mêmes d’un bon niveau. Mais si par exemple l’ascension de l’Everest, qui n’est pas donnée à tout le monde, même avec oxygène, car il faut de grandes qualités physiques et mentales, ne nécessite pas toujours une très grande maîtrise de toutes les techniques diverses de l’alpinisme (en glace, en rocher, les matériels divers, la sécurité, les connaissances sur la météo, la nivologie…), de nombreux autres sommets de très haute altitude les requièrent.

 

Le sponsoring est bien parti...

 

Et donc la formation a en quelque sorte commencé pour les 2 compagnons de cordée de Marc, l’été dernier dans les Alpes, et les jours derniers sur les belles falaises de Lignerolles et dans les Gorges de la Sioule, avant une hivernale en décembre dans les Alpes qu’il semble que nous pourrons suivre tout au long de son accomplissement. Le projet Everest 2022 est maintenant largement sous les feux de l’actualité des médias locaux, régionaux et nationaux.

 

Muhammad en rappel

 

Pasang et Muhammad en falaise dans les Gorges de la Sioule

 

L'interview de marc Batard et de ses compagnons de cordée réalisé à la Celle le 24 septembre pour regardactu :

Tag(s) : #Montluçon

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :