Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

La situation est grave pour notre ville. Les affaires, leur multiplication annoncent des périodes difficiles. Certes la justice est saisie, oui, mais le temps de la justice et le temps politique ne marchent pas du même pas. Et le conseil municipal dit ‘’extraordinaire’’ était obligatoirement dépendant de cela. Certains en ont profité pour minimiser les faits, leurs causes et leurs conséquences.

On a entendu qu’il s’agissait de problèmes individuels ne touchant ni au social, ni au politique ni à la démocratie municipale. Messieurs Laporte et Moncilovic s’y sont attardés, essayant même de se poser en victime !!! Et pourtant, l’évidence est là et bien là, dans cette triste réalité l’addition des affaires concerne un même groupe, une même famille, celle de la  majorité municipale. Une majorité dont Monsieur Dugléry est le créateur et Monsieur Laporte le successeur obligé. Une majorité dont la filiation est celle du libéralisme autoritaire impulsé il y a peu par le tandem Sarkozy-Fillon, lui-même enfermé dans des affaires de justice très sérieuses…    Et ne parlons pas des exemples venus du pouvoir central empêtré dans le scandale Macron/Benalla...

Déjà confronté aux questions lancinantes des difficultés de l’emploi, des problèmes de santé, d’études, de transport qui ne se règlent en rien sur le bassin mais qui s’aggravent, il fallait pour l’équipe dirigeante municipale éviter la coagulation des problèmes récurrents et des affaires survenant en un temps rapproché…

Les réseaux sociaux grondent, ils témoignent, en dehors des excès de langage réprouvables,  de préoccupations normales. La volonté populaire, par exemple, de voir se moraliser la vie politique est là et bien là. Au-delà, celle de participer à la démarche locale par un contrôle et une participation réelle… On a bien vu l’embarras des élus de droite cherchant à écarter leur responsabilité collective. En ce sens, il fallait éviter que les observateurs citoyens comprennent que toute la situation des affaires particulières (individuelles disent-ils) se trouvaient au point de départ liée au centre des décisions municipales, c’est-à-dire celui du maire et des adjoints, tous élus de la même liste.

Car quand même, quatre affaires recensées : Un ex maire président du conseil d’agglo Interpellé ; Un adjoint démissionnaire devant répondre de fait liés à un trafic d’influence ; Un haut cadre directeur du cabinet du maire utilisant illégalement du matériel de police ; Un autre adjoint mis en examen des chefs d’accusation de corruption sur mineur, détention d’images de mineur à caractère pornographiques et d’usage de stupéfiants. Tout ça n’est pas rien, sans avoir à se substituer à la justice, il faut s’en rendre compte, le dire !

Des élus de l’ex majorité disent qu’ils savaient et qu’ils n’ont pas été entendus dans leur revendications d’une vie municipale ouverte et collective de groupe. Ils demandaient de la probité, de l’exemplarité. Les mêmes avaient révélé des anomalies et des tricheries au moment de l’élection du maire à la demande de Mr Dugléry. Pourquoi n’ont-ils pas porté plainte en temps et en heure. Cela confirme que dans cette majorité de droite libérale, c’est de crise profonde durable qu’il faut parler. Mr Pierre Mothet a eu raison, mais il était un peu seul, de  pointer cet aspect de la situation de crise actuelle… Ajoutons aux conséquences longues.

Remarquons la position de retrait inhabituelle de Monsieur Dugléry – pourtant le champion auto-déclaré de la  réussite  de Montluçon, de sa nouvelle image ! -  qui fait  naitre plus que des doutes sur sa non-responsabilité dans ce qui survient après ses deux mandats et demi… L’attitude elle-même de Monsieur Laporte ayant grande difficulté à sortir de sa coquille d’une attitude passive durant un long moment du conseil, apparait de nature identique.

Comment ne pas comprendre les échanges interrogatifs et critiques de nombreuse personnes ayant pu constater les incohérences du mode de vie de l’équipe dirigeante dont les affaires démontrent le manque de modestie, de transparence des actes et d’esprit de services aux plus humbles, aux gens qui souffrent. « Ils ne pensent qu’à eux, qu’à leurs plaisirs personnels, qu’à leurs petits profits ! » voilà ce qui se dit, se propage.

De là et devant la demande de démission qui apparait parmi certaines catégories de nos concitoyens il n’y a pas à s’étonner. Il n’y a pas à mépriser cette manière de vouloir assainir une situation plus qu’anormale. On sait que les référendums révocatoires existent dans certains pays. Il n’y a que le maire pour s’en offusquer... N’importe comment, il faudra bien qu’il s’explique, lui et son équipe, sur les causes des problèmes actuels, de ceux-là et des autres, c’est-à-dire de la situation générale de la ville d’ici les échéances normales du renouvellement de 2021.

C’est sans doute la raison qui fait se précipiter le maire dans une nouvelle campagne de propagande aux frais des contribuables. Les montluçonnais sont invités à participer avec lui (pour lui qui se dit prêt à être candidat dans moins de trois ans) au  future programme de sa liste. Pour ce faire, un tirage au sort de trois cent personnes a eu lieu, toutes invitées à se réunir pour concrétiser un projet à soumettre au grand public. Ce dernier samedi seulement vingt d’entre elles se sont présentées à la cité administrative ! C’est bien peu pour travailler sur un projet concernant  la construction du  ‘’Montluçon de 2030’’ comme suggéré avec la modestie ambiante habituelle.

On lira avec intérêt le compte rendu complet de cette rencontre fait par le journal La Montagne du 23/09/18. Le moins que l’on puisse en tirer est la teneur plus que réservée sur la réalité du vécu de ces gens sur le bassin de vie montluçonnais. Questions lancinantes sur la sécurité, sur les problèmes fonciers, sur la politique touristique, les difficultés de l’économie, celles de la jeunesse qui ne peut rester encore moins s’installer.

Et quand on sait que peuvent s’ajouter encore à ces thèmes les permanentes préoccupations des établissements de santé, la situation détériorée du logement et de la pauvreté, des transports ferroviaires voués à la casse… on se dit que la propagande de cette équipe en place ne suffira pas à redorer l’image et le bon vivre à Montluçon.

Paul Crespin

Montluçon le 23/09/18

Tag(s) : #Montluçon

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :