Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les représentants des organisations syndicales avaient prévenu lors de la conférence de presse précédant la manifestation du 9 octobre que l'importance du cortège ne serait pas le seul critère pour apprécier la réussite de la manifestation. C'était le 2 octobre dernier à l'UD CGT (Lire ICI).

De fait chacun sait que la côte de la popularité du président de la République est au plus bas, ce que ne reflète pas entièrement la mobilisation dans la rue, même si sur Montluçon les organisateurs n'ont pas eu à rougir du nombre de personnes ayant fait le déplacement ce jour-là, (entre 900 et 1 000 à Montluçon selon les sources).

 

À Montluçon, Moulins et Vichy la banderole de tête était rédigée de la même manière

 

Éléna Blond a bien résumé l'état d'esprit des manifestants. « on veut un vrai dialogue social, pas une fumisterie comme on vit depuis deux ans. L'argent, il y en a, des richesses, il y en a, il faut arrêter de nous prendre pour des cons » s'est exclamé la secrétaire de l'UD CGT Montluçon, comme le rapporte le journal La Montagne dans une de ses éditions.

Car s'il existe un signe particulièrement évident du délitement d'une démocratie, c'est bien l'absence de dialogue social, et l'incapacité des responsables politiques à prendre en compte le rejet que suscite sa politique, de même les orientations ultras libérales qui creusent chaque jour un peu plus les inégalités. Or, nous sommes précisément dans cette séquence historique depuis plusieurs années, et le mépris de classe a tendance à s'accélérer de manière inquiétante.

L'immense majorité des salariés, retraités, étudiants, précaires, chômeurs directement concernés par les mesures anti-sociales qui les ciblent, ont la conviction que le pouvoir en place n'écoute plus leurs revendications, et ce sentiment profondément ancré dans les têtes est unanimement partagé.

Bien sûr, ce n'est pas au soir d'une manifestation, à moins qu'elle ne soit d'une ampleur inégalée, que le pouvoir acceptera enfin de prendre la mesure du mécontentement grandissant dans le pays. Certains en déduisent qu'il ne sert à rien de manifester puisque personne ne les écoute, d'autres qu'il faut persévérer. Moyennant quoi, l'importance des cortèges ne peut être considérée comme la seule variable permettant de mesurer la réalité des tensions sociales, et encore moins leur intensité.

Cela étant posé, il revient aux syndicats se définissant comme des organisations de lutte et de transformation sociale, de rendre visibles les conflits qui se multiplient au sein des entreprises constituant ainsi autant de poches de résistance contre la précarisation à l'extrême des emplois, et la dégradation continue des conditions de travail. Et sur ce terrain, la CGT, FO, la FSU et Solidaires tiennent pour le moment à elles seules la tranchée, alors que les organisations réformistes ont renoncé à l'idée même du rapport de force avec le pouvoir, ce qui revient à laisser le champ libre aux grands groupes industriels et financiers dont le but est de nous faire revenir aux heures les plus sombres de l'exploitation humaine.

C'est donc la principale vertu des manifestations que d'offrir un espace d'expression militante pour les salariés en lutte, notamment en les faisant défiler quand c'est possible en tête de cortège comme cela a été le cas dans beaucoup d'endroits et particulièrement à Montluçon avec le personnel de la Clinique St François où une déléguée du personnel, syndiquée à la CGT, s'est retrouvée mise au placard suite à des mouvements de grève dans cet établissement, comme l'a dernièrement révélé son syndicat (Lire LA).

 

Les salariés de la clinique St François à Montluluçon

Aussi, à ceux qui prétendent que manifester ne permet plus d'obtenir des avancées, on peut rétorquer que rien ne serait pire que de rendre invisible la contestation sociale en ne faisant rien, et ce, pour des raisons plus qu'évidentes. Aussi, faut-il rendre hommage à toutes celles et ceux qui résistent aux sirènes du défaitisme et répondent fidèlement aux sollicitations pour venir grossir les cortèges. Parmi eux, beaucoup de retraités, lesquels se déplaçaient auparavant surtout par solidarité avec les actifs, mais qui ont toutes les raisons de le faire aujourd'hui pour eux mêmes et leur pouvoir d'achat largement rogné avec l'augmentation de la CSG et plus récemment par le gel de leurs pensions.

De son côté, Emmanuel Macron  a prévenu qu'il n'entendait pas s'arrêter là. Il sera donc impératif de faire monter les mobilisations d'un cran si l'immense majorité de la population ne veut pas subir le même sort que le peuple Grec. Encore une fois, les syndicats qui n'ont pas renoncé à la lutte y travaillent, et on peut compter sur eux pour mobiliser à nouveau, notamment lors de l'annonce de la nouvelle contre réforme des retraites qui va frapper encore plus durement les Français, mais aussi parce qu'il n'y a pas d'autre choix que de lutter et résister pour combattre les injustices.

 

La manifestation à Moulins
et à Vichy

 

Tag(s) : #Montluçon, #Le département

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :