Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Bohémiens, Manouches, Roms, Romanichels, Tsiganes…autant de noms que l’Histoire a donné à des populations dont un élément fondamental de la manière de vivre est le déplacement, et ce depuis des centaines d’années, voire plus. Ils ont été parfois martyrisés, comme pendant le nazisme où ils ont subi un sort identique aux Juifs. Les collaborationnistes  français n’ont pas été en reste pour les pourchasser, les enfermer dans des camps et les livrer à l’occupant.

La méconnaissance des cultures différentes de celle du pays d’accueil, la peur de l’autre, génèrent des réflexes de rejet, dans des périodes de difficultés sociales, de chômage, d’insécurité. Ainsi, le racisme envers les immigrés est toujours aussi prégnant, et aujourd’hui c’est la question des migrants qui traversent la Méditerranée qui sert d’argumentaire aux démagogues de droite divers et variés, pour exister politiquement, au risque de fragiliser un peu plus la nécessaire solidarité entre les citoyens de toutes origines.

Les « gens du voyage », donc, se déplacent depuis des siècles pour travailler, retrouver leurs proches… et vivre, tout simplement. Il faut bien qu’ils fassent étape, ce qui n’est sans doute pas la moindre des difficultés à surmonter. Ils arrivent la plupart du temps en groupes plus ou moins nombreux et s’installent où il y a de la place. Les stades sont souvent bien adaptés, surtout quand ils sont vides ou inutilisés.

Un groupe de gens du voyage a fait étape pendant une semaine sur le stade annexe de Prémilhat. Ces personnes avaient l’habitude de s’arrêter à Chambon-sur-Voueize mais l’endroit prévu était occupé et donc ils ont poussé un peu plus loin et ont trouvé un emplacement adéquat, certes sans solliciter une autorisation… Très vite les élus prémilhatois ont légitimement pris contact avec eux pour comprendre les raisons de leur arrivée. Il s’avère qu’il s’agissait de gens qui pour la plupart travaillent (notamment dans la réfection de façades) et qui ont un besoin impérieux de se déplacer en groupe et de faire des étapes. Ils avaient besoin d’un accès à l’eau et à l’électricité et disaient vouloir ne rester qu’une semaine.

Les relations avec les élus ont été très bonnes, la promesse de laisser les lieux en très bon état après leur départ ayant été accueillie avec satisfaction. Quelques habitants de Prémilhat se sont certes émus de cette arrivée imprévue de gens « inconnus », mais la paix civile n’a pas été perturbée !

Bernard Pozzoli, Maire de la commune, a eu la bonne surprise de recevoir pour la commune la somme de 500 euros des mains du responsable des 40 caravaniers, argent récolté à l’occasion d’une quête organisée au sein du campement.. Satisfaction également de constater que le stade annexe a été rendu dans un état impeccable, comme promis. Le Maire a informé le Conseil municipal de ce geste généreux, peut-être pas commun (quoi que…), qui a suscité une information dans les médias.

 

Bernard Pozzoli, Maire de Prémilhat

 

Cet épisode va-t-il concourir à ce qu’une plus grande partie de la population dépasse ses réflexes de méfiance et de peur envers les gens du voyage ? On ne peut que l’espérer.

 

Tag(s) : #Prémilhat

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :