Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

La politique de Macron trouve son prolongement dans les orientations Européennes. Elle suscite le rejet populaire. Pourtant, réduire les prochaines élections à un référendum anti Macron réduirait la portée de l’enjeu. En effet, il est incontournable pour la question sociale, la paix, l’avenir de la
démocratie, d’entrer dans le détail des impasses, responsabilités et contradictions découlant de cette Europe prédatrice car capitaliste et vassalisée aux USA.

Nous sommes également choqués en ce mois de commémoration de l’une des deux guerres mondiales initiées par et pour le capital, par l’appel lancé par notre président en faveur de la création d’une armée Européenne. Initiative qui complèterait l’augmentation de notre participation financière
à l’OTAN. L’initiative inappropriée intervient sur fond de crise sociale, économique et politique.

Plutôt que de dénoncer l’absurdité et le désastre humain et matériel consécutif à 1914-1918, notre président a pensé devoir exalter les vertus de Pétain. Mélangeant les genres, Il a choisi dans le cadre de son « itinérance » (errance serait peut-être plus approprié), de s’adresser symboliquement aux
Français occupant la rue depuis le porte- avions Charles de Gaulle.

Lui et ses pairs prétendent que l’Europe est le moyen pour ses peuples de vivre en paix : Ils montrent qu’ils nourrissent au contraire une dangereuse politique de blocs tournée contre la Russie et la Chine. Ils participent d’ailleurs activement aux provocations militaires américaines aux frontières de celle-ci qui prolongent les sanctions économiques communes.

L’efficacité d’une armée Européenne exigerait pour son efficacité outre des moyens financiers abyssaux, une unité de décisions. Celle-ci aujourd’hui abandonnée aux USA au cœur de l’OTAN nécessiterait demain l’effacement de l’Europe des nations derrière une Europe fédérale.

Les problématiques guerrières des Macron, Merkel et Trump, s’avèrent d’autant plus graves qu’elles interviennent dans un monde de pensée unique, un système en crise qui engendre les guerres économiques, asservit les peuples et fait émerger en tous lieux des monstres politiques de droite
extrême.

Pour les populations monte le rêve de démocratie et de justice sociale.

Cependant, autant de peuples compte l’Europe, autant existent d’exigences spécifiques, fruits de niveaux de développement différents.

Cela nous conduit à penser comme utopique l’objectif d’un basculement de majorité dans le cadre européen actuel. (ce que semblent pourtant privilégier certains acteurs politiques).

La logique consisterait plutôt à imposer prioritairement une modification des traités existants. Si cela s’avérait impossible alors oui, pourrait être envisagé un Frexit.

Tel est l’enjeu qui se pose à la population Française.

En cette période de contradictions multiples et d’explosion sociale, nous notons une fois encore le décalage entre celles-ci et les interventions de notre député, qui s’il faut en croire l’article de la Montagne de cette semaine, priorise comme souvent ses préoccupations spécifiques. Cela finit par poser problème.

Richard Grès

Tag(s) : #Billet d'humeur

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :