Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Comme nous l'avions documenté dans l'article précédent intitulé « La CGT de l'Allier s'adresse aux Gilets Jaunes » le mouvement entre dans une nouvelle phase de lutte et de résistance contre la politique ultra-libérale orchestrée par Emmanuel Macron, et ceux qui l'ont fait élire en soutenant financièrement et de manière massive sa candidature aux élections présidentielles. 

Le temps de la clarification est à l'ordre du jour, notamment avec l'annonce d'une liste estampillée « Ralliement d'initiative citoyenne » (RIC) qui est loin de faire l'unanimité parmi les Gilets Jaunes. Une grande majorité de celles et ceux impliqué-e-s dans le mouvement depuis ses débuts préfèrent en effet continuer la lutte sur le terrain, y compris en élargissant l'arc de la contestation aux acteurs sociaux disposés à les soutenir, plutôt que de voir incarner leur combat dans un mouvement politique avec tous les risques de dérives et de récupération que cela suppose. 

Les syndicats de lutte et de transformation sociale qui revendiquent farouchement, eux aussi, leur indépendance par rapport aux politiques peuvent donc aider le mouvement à mieux se structurer, tout en respectant l'autonomie revendiquée par ceux qui en sont les acteurs. C'est le sens de l'appel lancé par la CGT que Regardactu a relayé hier ici même, et c'est aussi la démarche qu'affiche l'Union syndicale Solidaires depuis quelque temps, en appelant à rejoindre les manifestations et les rassemblements organisés partout en France, essentiellement les samedis, mais aussi parfois en semaine.

Dans le nord par exemple, la convergence des luttes est clairement revendiquée par les Gilets Jaunes, la CGT et Solidaire comme en témoigne cet appel lancé par ceux-ci dans un tract unitaire :

 

 

Tout comme nous l'avons fait pour les appels de la CGT et de la LDH, nous publions aujourd'hui l'appel de l'Union syndicale Solidaires en faveur de l'unité du mouvement revendicatif qui propose d'élargir la mobilisation à l'ensemble des acteurs partageant la même exigence de justice sociale, et pour une plus juste répartition des richesses produites.

 

 

Depuis novembre la colère sociale que nous sentions bouillir depuis plusieurs mois s’est répandue dans le pays. Elle porte principalement des exigences de justice sociale et fiscale dans un contexte où les inégalités et l’accaparement des richesses par quelques un-es deviennent tout simplement insupportable à une large majorité de la population.

Cette colère est juste face à une violence sociale qui plonge beaucoup dans une immense précarité. Elle est juste face à un débat confisqué depuis de trop nombreuses années par les néolibéraux de toutes chapelles. La réponse ne peut pas être la violence des forces de maintien de l’ordre qui a déjà fait de trop nombreux mutilé-es et blessé-es. La réponse ne peut pas être non plus de tenter de noyer le poisson dans un faux débat qui pose en postulat de ne rien changer à l’ordre économique actuel. La réponse n’est pas plus dans le rejet de l’autre, le racisme, le sexisme, l’homophobie, l’exclusion. La responsabilité du mouvement syndical est importante et il se doit de poser des actes forts.

Depuis plusieurs mois, Solidaires propose aux autres organisations de s’unir sur des bases revendicatives fortes et de construire une grève générale reconductible pour peser dans le rapport de force et arracher des augmentations de salaire et des droits sociaux.

Même si l’union reste difficile nous ne souhaitons ni tomber dans la posture, ni renoncer à la construire. Nous essayons dans le même temps dans nos services, dans nos entreprises, avec les forces du mouvement social de construire la grève et amplifier ainsi les mobilisations et le blocage de l’économie.

Dans le même temps, depuis plusieurs semaines, dans de nombreux endroits, nous participons aux actes proposés par les gilets jaunes qui se succèdent chaque samedi et nous manifestons pour tracter, discuter, échanger, lutter ensemble.

Nous appelons à manifester les prochains samedi et à poursuivre la construction des convergences qui sont en cours dans un nombre de plus en plus important de villes entre les gilets jaunes et le mouvement social, comme par exemple à Nantes, Dijon, Poitiers ou Toulouse.

Ces convergences se saisissent aussi ces derniers jours de la date du 5 février posée par la CGT. Pour Solidaires il ne peut s’agir d’une date isolée. Elle doit servir de point d’appui pour être toujours plus nombreuses et nombreux dans les manifestations, sans les opposer et pour amplifier encore le mouvement en débattant ensemble d’une grève générale reconductible.

L’Union syndicale Solidaires est disponible pour travailler avec toutes et tous, dans les lieux de travail, les assemblées et dans la rue.

Soyons massivement dans les rues et en grève pour les prochains actes, le 5 février et les jours qui suivront

Tag(s) : #Actualité sociale

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :