Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Emmanuel Macron espérait beaucoup que le grand débat permettrait d'étouffer la colère des Gilets Jaunes et la détermination des organisations syndicales engagées elles aussi dans un bras de fer avec le pouvoir depuis que ce dernier a accéléré le rythme des contre-réformes libérales.

Des manifestations étaient donc prévues un peu partout sur le territoire dès la fin de cette mascarade, histoire de relancer la mobilisation. Sur l'Allier, 3 rassemblements étaient programmés. Un à Montluçon, un à Vichy et un à Moulins. Si l'affluence n'était pas au rendez-vous (300 personnes à Montluçon, 250 à Vichy et 200 à Moulins, d'après les informations qui nous sont parvenues), on notera surtout la très grande détermination de celles et ceux qui restent fidèles à ce mode d'action, conscients que ce droit fondamental est menacé chaque jour un peu plus, non seulement par les politiques, pourtant censés garantir les libertés fondamentales inscrites dans la constitution, mais aussi dans les faits eux-mêmes, avec des arrestations préventives et abusives, au point que même l'ONU et Amnesty s'en sont émus.

 

Rassemblement Place Piquand

 

Le corps enseignant était particulièrement mobilisé ce 19 mars. Dans le rassemblement montluçonnais beaucoup de pancartes en témoignaient. Il faut dire que la réforme portée par le ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, les fermetures de classes et les réductions importantes d'effectifs dans les établissements scolaires provoque de la colère et du ressentiment chez les profs, ce qui se comprend aisément, surtout que dans le même temps des cadeaux fiscaux importants sont accordés aux grands groupes industriels et financiers.

 

 


C'est sur ces thèmes d'ailleurs que se sont succédé au micro les différents intervenants des organisations syndicales, mais aussi sur le thème des attaques contre les conquis sociaux. Attaques contre la sécurité sociale, attaques contre les retraites, attaques contre la protection chômage, attaques contre les services publics, et enfin les attaques contre les libertés fondamentales, telle que celle qui garantit théoriquement le droit de manifester.

 

Échange entre les représentants des OS, avant les prises de parole



Avec l'obstination dont fait preuve le pouvoir dans la conduite des contre-réforme libérales menées au pas de charge, on ne voit pas comment la paix sociale pourrait advenir. Chaque samedi les Gilets Jaunes remettent le couvert, relayés la semaine par des manifestations ou des rassemblements. À chaque fois, le gouvernement réplique par des mesures de plus en plus liberticides et répressives. Difficile dans ces conditions de prédire l'issue de cette vaste confrontation, d'autant que le pouvoir refuse de recourir à la consultation directe par les urnes, comme le prévoit la constitution pour tenter de sortir de ces situations de crise.

 

 

 

 

 

 

 

Tag(s) : #Actualité sociale, #Le département

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :