Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Depuis Janvier, l’inquiétude se fait grande au Collège Jules Ferry : l’annonce de la dotation horaire globale (DHG) a fait l’effet d’un couperet. Certes, la baisse de la démographie conduit à la fermeture de deux classes et par là-même à la diminution du nombre d’heures attribuées à l’établissement. Si les enseignants ne peuvent que faire ce même constat, en revanche, ils déplorent la décision de l’Inspection d’Académie et de façon plus générale la politique ministérielle qui tend à  voir l’augmentation du volant d’heures supplémentaires (HSA) au détriment des heures poste (HP) ; si les HSA ont toujours existé et été acceptées par les enseignants pour le bon fonctionnement de leur établissement, aujourd’hui elles cachent une triste réalité : la disparition programmée des postes d’Histoire-Géographie, de Français et de Technologie pour le collège Jules Ferry et, à une échelle plus grande  celle de 2500 postes dans le secondaire au plan national. En effet, si ces postes sont supprimés, ladite suppression ne concerne pas l’ensemble des heures qui les constituent et ces dernières doivent continuer à être assurées...

Comment alors, pour les enseignants qui voient partir leurs collègues, accepter de compenser leur départ en prenant en charge leurs classes ? Comment continuer à « développer les conditions éducatives indispensables à l’instauration d’un climat scolaire propice à la réussite de chaque élève », premier engagement du contrat d’objectifs du collège Jules Ferry si les enseignants doivent travailler dans plusieurs établissements ou prendre en charge des classes en sus de leur service obligatoire ? Comment offrir un enseignement de qualité à tous les élèves si deux enseignants d’une même matière n’ont pas d’autre choix que de se partager une classe ? A l’heure où la bienveillance est de mise pour s’adapter aux besoins personnels des élèves dans une école qui se veut inclusive, comment être à l’écoute des besoins de chacun dans de telles conditions ? Comment faire perdurer le dispositif « devoirs faits » qui n’existe que grâce au dévouement de professeurs volontaires ?

Les enseignants de Jules Ferry, investis dans la gestion du FSE, dans divers clubs, préparations de concours ou organisation de sorties culturelles s’interrogent sur leur capacité à poursuivre des activités qui ont fait leurs preuves et permettent, chaque année, aux élèves de trouver leurs marques, de s’épanouir, de s’enrichir et de trouver un équilibre dans leur vie à l’intérieur du collège.

Autre interrogation : comment les académies peuvent-elles prévoir des DHG qui s’appuient sur une augmentation du nombre d’HSA obligatoire pour chaque enseignant alors même que le décret censé l’imposer n’a pas été voté ?

Forts du soutien des fédérations de parents d’élèves, une délégation d’enseignants et un représentant de la FCPE ont été reçus par M. Vandard, DASEN, à l’Inspection d’Académie où il leur a été rappelé que la ligne du gouvernement est et restera ferme. L’heure est aux économies et aucune HSA ne sera transformée en HP, seule attente des professeurs de Jules Ferry qui ne demandent pas de moyens supplémentaires, simplement la possibilité de continuer à assurer un service public de qualité sans avoir à renoncer au sel de leur métier car si aucun élève ne peut se réduire à ses résultats scolaires, aucun enseignant ne peut se résumer à une simple présence face à des classes.

Si les discussions semblent pour l’instant fermées, le découragement n’est pas de mise à Jules Ferry qui continue à se battre pour faire entendre sa voix et après un rassemblement devant l’établissement jeudi 7 mars, appelle à la mobilisation de tous, parents comme enseignants pour construire et faire vivre l’école de demain !

Le collectif des enseignants de Jules Ferry

 

Rassemblement des enseignants de Jusle Ferry le 7 mars dernier

 

Tag(s) : #Montluçon, #Actualité sociale

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :