Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Dans la continuité des initiatives prises en faveur des jeunes réfugiés menacés d'expulsion, les associations qui les soutiennent continuent à mobiliser les personnes en organisant des « cercles du silence » à Montluçon, Vichy et Moulins.

Deux rendez-vous sont prochainement prévus :

 

Cercles du silence :

 

Samedi 1er juin à 16h sur le parvis de l'église St Louis à Vichy

Dimanche 2 juin à 11h en face de la Place jean Jaurès (face à la Mairie) à Montluçon

 

Ci-dessous le texte que nous ont fait parvenir des vichyssois en soutien aux jeunes réfugiés :

Nous sommes des Vichyssois.e.s qui souhaitons informer sur la situation suivante :

Une trentaine de mineurs isolés pris en charge par le département et en contrat d’apprentissage depuis huit mois, sont aujourd’hui contraints d’arrêter leur formation, faute d’autorisation de travail.

La pétition « Pour le respect des droits à la formation des mineurs isolés dans l’Allier », rappelle aux services de la préfecture que, dans le cas de ces jeunes, la loi prévoit que ces autorisations sont de droit. Elle a recueilli à ce jour 1500 signatures. Vous trouverez cette pétition sur www.change.org.

Ces jeunes ne comprennent pas pourquoi ils sont exclus depuis ce printemps, sans motif écrit, de leurs entreprises et de leurs centres de formation. Ils vivent comme une humiliation que les autorités considèrent systématiquement leurs papiers d’identité comme des faux, et leurs témoignages comme des mensonges.

Témoignage des chef.fe.s d’entreprise :

Les hôteliers-restaurateurs de Vichy sont en colère : « On nous interdit de garder ces jeunes alors qu’ils donnent entière satisfaction et qu’on n’arrive plus à trouver d’apprentis dans nos métiers », a notamment déclaré une restauratrice vichyssoise au Quotidien de la Formation-Centre Inffo. Les restaurateurs ont demandé des explications à la préfecture et interpellé les élus, sans résultat jusqu’à présent.

Témoignage des Centres de formation pour apprentis :

Les CFA aussi sont dans l’embarras. « Si ces jeunes ne sont plus en entreprise, on ne peut pas les garder, puisqu’on ne peut plus les former en alternance. Aujourd’hui,  nous demandons un positionnement clair de la part des autorités, car on ne peut pas laisser un jeune commencer une formation sans être sûr qu’il pourra la terminer, et cela met aussi les employeurs en difficulté », déclare le directeur de l’un de ces centres.

Contacts : reseauvichysolidaire@gmail.com et resf03@gmail.com
+ d’infos : comptes facebook de RESF03 et RVS (et blog dans le club de Mediapart).

 

Tag(s) : #Le département, #Actualité sociale

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :