Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le débat portant sur le projet de loi « ma santé 2022 » n'est pas encore arrivé à son terme. Cependant, il a été adopté en première lecture par les députés de l’Assemblée nationale au mois de mars dernier par 349 voix pour et 172 voix contre. Le texte est actuellement soumis au débat du Sénat et reviendra sans doute en seconde lecture sur les bancs de l’assemblée prochainement.

La CGT est extrêmement critique sur le contenu du projet tant il semble éloigné des vraies préoccupations et besoins de santé. Les groupements hospitaliers de territoire deviennent des outils de concentration des activités hospitalières et nombre de services en médecine, chirurgie et obstétrique… sont, de fait, menacés au pire de fermetures, ou au mieux de restructurations.

Dans un département rural, comme celui de l’Allier, la médecine de ville est également un paramètre indispensable à la prise en charge des populations. Là encore, le projet de loi semble très loin de répondre aux nécessaires enjeux qui sont posés à notre territoire.

Christophe Prudhomme (photo archives regardactu)

La CGT entend participer au débat national et apporter sa pierre à l’édifice en formulant un certain nombre de propositions susceptibles d’améliorer sensiblement les prises en charge.

C’est dans cet esprit que l'Union Départementale organise, conjointement avec son Union Syndicale Départementale de la santé et de l’action sociale de l’Allier, un débat public pluraliste ouvert à tous le 27 mai 2019 à Montluçon à 18h00, salle Saint-Vincent. Christophe Prudhomme, porte-parole de l’Association des Médecins Urgentistes de France a répondu favorablement à l'invitation qui lui a été faite et participera au débat, y compris en apportant son éclairage, et son témoignage, résultat d'une longue expérience dans ce domaine.

Christian Prudhomme est aussi militant à la CGT et mène un combat désintéressé pour la sauvegarde des hôpitaux comme en atteste cette vidéo postée sur YouTube :

https://www.facebook.com/UnionSyndicaleAssistancePubliqueCGT/videos/2326017957717038/

Ci-dessous le communiqué de la CGT :

 

 

Contre le plan santé, la CGT organise des débats publics

 

La Future loi santé, en plus de correspondre à nouveau à un plan d’austérité et d’économie avec toutes les mesures antisociales (suppressions de postes, déqualification organisée, restructurations, fusions à tout va, surcharge de travail…) qui en découlent, signe un changement total de notre système de santé et de protection sociale.

Elle s’attaque aux fondamentaux de notre système de santé.

Pour éviter le débat et les oppositions, alors que la population rejette sa politique, le gouvernement accélère le calendrier pour passer toute une série de mesures de la réforme par ordonnance !

Cette bataille ne peut pas être la seule bataille des agents de la santé et concerne tout le monde. C’est une vraie bataille des idées que nous devons engager. La santé est notre bien commun, notre santé et nos vies ne sont pas des marchandises !

Quel impact aura cette loi pour les patients ? Comment seront prises en charge les zones rurales ? Combien paierons-nous ? Quelles conséquences pour les conditions de travail des agents ?

Pour aller à la discussion avec les agents, les collègues de travail, la population, nous avons décidé d’organiser un débat public. Christophe Prudhomme, porte-parole de l'Associations des Médecins Urgentistes de France sera présent  :

le lundi 27 mai à 18h00, salle St Vincent (quai Turgot) à Montluçon.

 Outre l’intérêt pour nos militants et leur propre enrichissement de participer à cette rencontre, il est également important d’y associer le plus grand nombre de salariés et d’usagers pour que notre initiative puisse remplir une phase, à la fois d’information mais aussi d’oppositions, au projet gouvernemental en cours.

 En effet, si le président de la république s’évertue à crier sur toutes les ondes et télévisions de France qu’il n’est pas question de supprimer des hôpitaux, il n’en est pas moins vrai que de très nombreuses activités en médecine, chirurgie, obstétrique sont menacées dans grand nombre d’entre eux et par la même, la prise en charge des besoins de santé des populations.

Dans l’Allier, encore plus qu’ailleurs, de par la ruralité du département, ces menaces pèsent comme une épée de Damoclès au-dessus de nombreux établissements.

 

 

Tag(s) : #Montluçon, #Débat

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :