Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

« Pas de dialogue entre les syndicats et les Gilets Jaunes », « probable émeute à Paris »,  « radicalisation des manifestants»… telles étaient les supputations en forme de refrains de chansons bas de gamme entonnés par les « éditorialistes » et autres « journalistes » des chaînes de télévision en continu « BFM, CNews, LCI, France-Info).

Ces refrains n’étaient à l’évidence pas de leur invention mais « suscités » par les locataires respectifs de l’Elysée et la place Beauvau (Mrs Macron et Castaner). Leur objectif est bien de décrédibiliser les syndicats, pourrir l’image du mouvement des Gilets Jaunes, stratégie dérisoire dans un contexte où une très grande majorité du Peuple Français est exaspérée par le Pouvoir.

Du monde dans les rues de Montluçon

Et bien sur le boulevard de Courtais la convergence était de mise, l’ambiance conviviale, fraternelle et joyeuse, et la participation nombreuse (500 selon la Police et la CGT).  Les militants de la CGT ont assuré la sécurité, notamment par rapport à la circulation automobile. Ils en ont l’habitude et l’expérience nécessaire, et c’est plutôt bien car les autorités ne l’assurent quasiment pas, car paraît-il il y a un manque d’effectifs policiers.

 

Du monde à Montluçon
Pendant le défilé

 

La manifestation, partie de la place Piquand, s’est conclue par les discours des 4 organisations syndicales (CGT, FO, FSU, Solidaires), contrairement aux récentes manifestations où le discours est unitaire. Or il ne faut en aucun cas y voir un recul de l’unité, mais le respect d’une tradition syndicale qui fait que le jour du 1er mai chaque syndicat exprime ses revendications. Pas mal de Gilets Jaunes étaient présents et le défilé était bien coloré.

 

Devant la mairie de Montluçon
Chaque organisation syndicale a pris la parole comme le veut la tradition

Du monde partout en France

250 à Moulins, 400 à Vichy, 2 500 à Clermont-Ferrand, et donc 310 000 manifestants en tout en France, on peut très objectivement dire que ce 1er mai est réussi pour les organisations syndicales.

Malheureusement, les violences des Black-Blocs à Paris ont occupé 99,9% de l’espace médiatique sur les chaînes de télé en continu. Certes, « c’est du spectacle » et cela garantit un peu plus d’audience et donc de rentrées publicitaires, mais il tout de même navrant que le temps d’antenne soit très majoritairement occupé par des représentants de la Police, des « journalistes spécialistes police-justice » accompagnés par des militants La République en marche et autres MODEM qui en rajoutent, alors que la grosse manifestation syndicale parisienne s’est déroulée dans le calme.

Quelle place dans l’espace médiatique pour l’expression des revendications des salariés, retraités, privés d’emploi et de leurs représentants syndicaux qui luttent au quotidien dans les entreprises et les services publics ? Quelle place pour les aspirations profondes du Peuple des villes et des campagnes ? Quelle place pour l’analyse du mal-vivre dans les quartiers où les jeunes n’ont plus d’espoir ? Un certain nombre de « professionnels de la profession » du journalisme se questionnent quant à la place de plus en plus prépondérante des réseaux sociaux et de l’internet en général dans le domaine de l’information. Ils ont de quoi s’inquiéter avec l’image dégradée que renvoient les grands médias et qui fait que de moins en moins de gens leur accordent leur confiance.

 

Tag(s) : #Montluçon, #Actualité sociale

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :