Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le 26 juin, nous avions informé les lecteurs de regaradactu de la conférence de presse qu'avaient tenue conjointement la CGT et la CGL à propos du projet de fusion de Montluçon Habitat, de l'office public de l'habitat du Cher et de l'énorme structure CDC qui gère à elle seule 495 000 logements.

Paul Crespin, ancien Président de l'OPHLM de Montluçon de 1989 à 2001, et contributeur régulier à regardactu nous livre son analyse à propos de ce projet de fusion.

 

 « La loi ELAN, regroupement d’Offices HLM  obligé, m’a tué ! » On espère ne jamais voir ce slogan écrit sur les murs du siège de l’Office HLM de Montluçon. Et pourtant ?

Le syndicat CGT et l’association des locataires CGL viennent de tirer fermement la sonnette d’alarme au sujet de tristes prévisions de restructurations annoncées pour les organismes du logement social en secteur montluçonnais. La conférence de presse des deux organisations exprime clairement les menaces qui s’annoncent sur les offices et leurs acquis démocratiques. Ceux du droit au logement pour tous et des actes de solidarité envers les familles les plus humbles.

La loi ELAN voté au parlement par les députés de la France en Marche si chère au Président MACRON n’a pas fini de détruire notre patrimoine locatif pour le livrer au secteur financier au plus vite, c’est ce que nous évoquons et dénonçons ici régulièrement.

Ce qui se trame à l’Office HLM de Montluçon à l’égard de ses familles de locataires, de son personnel, de tout ce qui compose le savoir-faire social dans le parc locatif  n’est pas le fruit d’un développement maitrisé. Bien au contraire, c’est la suite logique et tragique des erreurs de gestion qui durent et s’amplifient depuis douze à quinze ans. C’est au détour des années 2006/2007 que les dirigeants de la structure ont accepté sous la conduite des orientations nationales, Mr Borloo alors membre du gouvernement de la droite UMP, de modifier le statut social de l’office HLM. Jusqu’à là, voué aux acquis des loyers modérés la direction de l’OPHLM  acceptent de modifier les  statuts et inscrivent l’Office dans une démarche de gestion à caractère financier de type privé (dans Office de l’Habitat strict, les termes Loyers Modérés disparaissent !!!). La gestion sort du cadre budgétaire public confié jusque-là au Trésor Public Municipal et les statuts des personnels évoluent également…Il faut déjà rentabiliser les moyens !

Mais comme chacun le sait, une ou des mesures technico-administratives ne règlent jamais les vrais problèmes et les causes des mauvaises prises de décisions sociales sont hélas niées. Le ‘’bateau office HLM’’ prend de plus en plus l’eau  en matière d’équilibre de gestion du parc et des pratiques de loyer qui gonflent malgré un service rendu aux locataires moindre, qui s’essouffle…

Donner le change en répétant à l’envie que les différentes étapes de l’ENRU (les fameux 160 millions d’aide) vont sortir la politique du logement social du bassin de l’ornière ne convainc que ceux qui veulent l’être. La réalité des pertes de population, les difficultés du niveaux de vie et d’emplois qui baissent, les attaques sur les moyens des retraités et les prestations sociales revues à la baisse (APL en tête) sont plus fortes que toutes les campagnes de communication… Les déficits se creusent avec des investissements inadéquats à l’exemple des rachats de logements privés…

Dès 2015, c’est la recherche d’une sorte d’échappatoire… La construction d’une procédure de redressement de Montluçon Habitat. Une procédure des offices en difficulté dont la CGLLS (Caisse de Garantie du Logement Locatif Social) est la principale intervenante et qui impose alors à l’organisme local tout une série de mesures contraignantes, hausse des loyers en tête, en contrepartie d’une aide financière visant à redresser les comptes. Le 2 novembre 2016 est signé au niveau de la Communauté de l’Agglomération Montluçonnaise, de son président Daniel Dugléry, en même temps que président de l’Office de l’Habitat, le protocole d’accord appelé à sortir l’organisme montluçonnais de sa très mauvaise passe.

Disons le ici clairement en faisant au fond porter les efforts sur les locataires (hausse des loyers systématique jusqu’en 2022) et sur le financement des collectivités associées. (2 348 000 par l’agglo). Et moins d’un an après, le gouvernement s’en prendra aux APL et diminuera le budget national pour le logement drastiquement. Le tout bien compris dans des transferts de charge pénalisant les collectivités locales…

C’est triste à constater mais Montluçon Habitat est un organisme malade, touché de longue maladie et les diagnostics et ordonnances proposés ne le font pas aller sur le chemin de la guérison. Et avec  la toute dernière loi ELAN de restructuration dictée par le haut, le pouvoir ne prend pas un autre chemin. C’est par l’étouffement que le mal durable va se poursuivre… Jusqu’où ?

Au moment de la conférence de presse (CGT CGL) les intervenants se sont dit plus que préoccupés. Ils soulignent leur inquiétude en de nombreux points de la fusion qui  s’annonce, ouvrant à une mainmise de la CDC Habitat sous couvert de la création d’une société anonyme de coordination… Coordination entre des offices locaux ou départementaux (Montluçon Habitat 4 800 logements et Val du Berry 11 000 logements) avec un monstre de la gestion et du financement du logement. La CDC Habitat et ses 495 000 logements… recentrée sur 13 régions finement structurées dont une en Rhône-Alpes.

Et quand on entend dire que ce projet est un bon projet parce que la nouvelle structure restera à caractère public, on n’en croit pas nos oreilles ? Comment dire cela quand on sait ce qu’est réellement la CDC Habitat aujourd’hui. Privé ou public, cet organisme est une structure financière stricte à vocation de rentabilité comme il se doit en ‘’Macronie libérale’’ avancée. Aujourd’hui, c’est la création d’une société anonyme de coordination, une SAC qui se mettra au service de la CDC Habitat, société  de taille nationale (construction et gestion de logements de toutes sortes (locatifs sociaux, copropriétés, vente d’appartements etc.) gérée à partir de ses 13 antennes régionales. Que vaudront alors les désidératas des petites structures HLM obligées par la loi de sacrifier leurs prérogatives sociales et de gestion décentralisée au plus près des cités ? 

Cet organisme de vocation de service auprès des grands projets d’aménagement sera amené à des choix et des priorités qui forcément laisseront sur le bas-côté de la route les besoins classés comme secondaires des petites entités raccrochées d’autorité. Il n’est qu’à observer ses prérogatives actuelles. Ainsi sa participation à la 2ème édition des assises du logement où a été mobilisé la banque des territoires pour l’aide au développement sur le territoire national, ou encore sa participation au large projet du Grand Paris Habitat...   

Alors faut-il faire comme si tout allait bien, se taire, et laisser passer telle quelle la réorganisation des structures montluçonnaises du logement ? Comme si la fusion envisagée à l’échelle où elle se pose en faisant entrer les grosses structures financières dans de petits ensembles sociaux forcément disproportionnés en besoins, en moyens et en perspective de développement serait la solution ? Non, tous ces montages se font dans le dos des habitants, des locataires et des personnels. Il est encore temps de revoir ces schémas de montage. Se soucier du bien commun et des acquis démocratiquement obtenus par les luttes des générations précédentes qui ont bâti nos systèmes de protection sociale dont la politique HLM est partie prenante.

Qui peut penser qu’il serait sensé et responsable de laisser faire cela ! Avec les échéances municipales qui se profilent pour 2020, il y a du grain à moudre, gageons que le débat et les décisions qui ne sont pas abordés là pour le moment le seront au grand jour, comme il se doit!

Paul CRESPIN

Ex Président de l’OPHLM 1989-2001, Membre du groupe FI sur Montluçon Ouest

 

Tag(s) : #Montluçon, #Actualité sociale

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :