Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Des réfugiés mineurs ou très jeunes majeurs continuent  à se mobiliser afin d'obtenir le droit de continuer leur formation sur des métiers en tension.

Toutes les semaines des bourbonnais les accompagnent et manifestent leur solidarité à leurs côtés en organisant des cercles du silence sur les trois villes du département, pour le moment sans grand résultat. Cependant, ils persistent dans leurs démarches et les manifestations pacifiques.

Dans l'espoir de se faire entendre, ils ont demandé à être reçus au Conseil départemental où ils ont remis une lettre à l'attention du Président dont nous reproduisons ci-dessous le contenu :

 

Moulins, Le 31 juillet  2019.

 

Monsieur le Président,

 

Nous vous remercions de nous recevoir aujourd’hui.

Comme vous savez, nous sommes les représentants des jeunes étrangers mineurs isolés et très jeunes majeurs que le conseil départemental a mis à l’abri quand nous sommes arrivés dans les villes de l’Allier.

Nous avons quitté nos pays, parce que nous ne pouvions pas survivre là-bas.

Beaucoup d’entre nous ont traversé le désert, la Lybie et la Méditerranée, quand nous avions tout juste 15 ans.

Nous vous rappelons la situation :

Le conseil départemental nous a pris en charge depuis la reconnaissance de notre minorité  Nous avons très vite commencé des apprentissages dans des métiers en tension.

Nos contrats de stage ont été signés par les responsables de l’ASE
Pour certains nous allions terminer notre première ou deuxième année de CAP.

Lors notre venue auprès de vos services le 20 juin on nous a dit que nos cas seront étudiés dans une cellule, mais nous ne voyons pas en quoi cela améliore notre situation.

Dans les trois villes depuis le mois de mars, 16 jeunes étaient à la rue.

Deux parmi notre délégation du 20 juin ont été relogés, mais « retirer 2 grains de 1000 grains rien      ne change ».

Depuis le début de juillet beaucoup de jeunes viennent d’apprendre qu’ils seront à la rue dans quelques jours

*à Montluçon, à Vichy, à Moulins….., plus de 20 personnes sont en danger…

Lors de notre rencontre du 20 juin il nous a été dit par Monsieur le Directeur général des services que si nous sommes encore en cours de procédure devant le Tribunal, notre protection serait maintenue.
Mais cette promesse, qui nous avait rassurée,  n’est pas tenue.

Nous sommes donc devant vous pour vous demander ceci :

Permettez, Monsieur le Président, à ceux qui sont à la rue, et aussi à ceux qui en sont menacés d’être repris en charge par vos services.

Alors que nous pourrions déjà être autonomes et travailler (vous savez que nous pouvons tous bientôt travailler ou poursuivre notre formation), nous ne voulons pas devenir « les personnes de la rue » ….

Nous ne désirons que notre autonomie et ne plus être à charge.

Si vous nous laissez finir notre parcours, nous deviendrons une force de travail et de jeunesse pour votre département. Et nous ne coûterons plus rien, au contraire .

Nous avons appris à aimer les villes et les personnes que nous avons rencontré dans l’Allier et nous souhaitons y demeurer.

Nous vous remercions de nous avoir écouté.

*Nous pouvons vous donner la liste de ces jeunes .

 

Tag(s) : #Le département

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :