Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les ouvriers le disent haut et fort ; "on a plus rien à perdre !" et pour cause, le repreneur potentiel a indiqué qu'il ne ferait pas d'offre de reprise comme promis en raison du désengagement de Renault, principal client de l'entreprise. En effet, l'ativité générée par le constructeur automobiles représentait plus de 40% du carnet de commande de DMI (anciennement Bréallu).

Cette décision signe donc la mort de cette entreprise de pointe dont la liquidation pourrait être prononcée par le tribunal de commerce le 21 février prochain. Mais les 168 salariés ne comptent pas en rester là et organisent la résistance sur le site. Ces derniers ont bloqué les entrées et ont disposé des bombonnes de gaz à plusieurs endroits du site comme l'indiquent La Montagne (ICI) et Ouest France (LA) avec des titres racoleurs. Chacun peut comprendre l'exaspération et le désespoir des salariés qui ne sont en rien responsables de la crise et des raisons pour lesquelles celle-ci s'étend inexorablement sur tout le territoire national. Ce qui est certain, c'est que les ouvriers et tous les salariés du site sont de fait, en situation de légitime défense face à une finance qui broie tout sur son passage. Il est temps de mettre fin à ce règne sans partage. Combien d'usines devront-elles encore fermer avant que le gouvernement ne se décide à faire adopter une loi pour protéger les salariés ? Solidarité avec tous les salariés de DMI en lutte pour leur dignité.

DMI les salariés se battent avec détermination
Tag(s) : #Vaux

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :