Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Depuis que TOTAL a pris la décision de transférer ses services de trésorerie et de communication financière, les langues libérales se délient. On apprend par exemple aujourd'hui que Arnaud de Bresson a insister la nécessité de la compétitivité de la place de Paris et met en avant que : "la compétitivité de notre industrie financière est une condition du financement des entreprises et de la reprise de la croissance, comme du maintien du contrôle de nos centres de décision, et donc de l'emploi". Pointant "l'urgence de la situation", dixit l'Expansion (lire ICI).

En insistant lourdement sur ce qui est le leitmotiv du MEDEF et des banques : la compétitivité, Arnaud de Bresson tente de faire pression sur le gouvernement pour que ce dernier accède aux exigences de ceux ci. Pour eux, il est urgent d’engager au plus vite les réformes structurelles du marché du travail en France. En langage décodé cela veut dire notamment détricoté le code du travail pour réduire les protections dont bénéficient les salariés, héritées des luttes passées et du programme du Conseil national de la résistance d’une part, et d’autre part supprimer les charges qui pèseraient selon eux sur la compétitivité des entreprises ( au sens large du mot).

La délocalisation de services stratégiques de TOTAL à propos desquels certains pensent qu’ils pourraient être dictés par des raisons purement financières en raison du fiscalité plus avantageuse de l’autre coté de la Manche pourrait bien faire aussi partie d’une stratégie de communication plus globale en direction du gouvernement et de l’opinion publique française pour faire peur et obtenir gain de cause. Et si le gouvernement devait céder  à ce qu’il faudrait bien appeler un chantage, en accélérant par exemple le rythme des contres réformes sociales, il ne resterait plus qu’une vaste mobilisation populaire pour endiguer les prétentions du MEDEF et des libéraux.

La prochaine contre réforme prévu au calendrier est celle de retraites. Mais cette dernière n’est pas acquise pour le gouvernement. Tout dépendra de la mobilisation dans la rue. Mais si la contre réforme des retraites passe comme une lettre à la Poste, la réforme du marché du travail sera immédiatement lancé sur les rails et le code du travail sera rapidement remis en cause. Et là, cela deviendra dur dur pour la population de ce pays.

Tag(s) : #Economie

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :