Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'Expansion (lire ICI) et France Info (lire LA) n'y vont pas avec le dos de la cuillère. Ils se posent ouvertement la question de la collusion entre le pouvoir et le monde de la finance. Ce vendredi, le Président de la république a en effet reçu en toute discrétion les représentants de la FBF (Fédération bancaire française) qui regroupe les principales banques françaises.

Pas de taxe sur les transactions financières

Les banquiers étaient venu pleurer auprès du Président  afin que ce dernier intercède auprès de Bruxelles pour que le parlement européen renonce à instaurer une taxe sur les transactions financières. Déjà la semaine dernière, le ministre des finances indiquait qu'une telle taxe risquait de décourager les investissements si elle était excessive (Lire ICI). Les banquiers eux, y sont carrément opposés et l'ont rappelé à François Hollande pour que celui ci représente leurs intérêts auprès de la commission. Et il semble bien que c'est ce que compte faire ce dernier.

Le simple fait que le Président de la république reçoive avec autant de déférence les représentants des lobbys bancaires à l'Elysée est en soi déjà très inquiétant. On est loin du Président ennemi de la finance qui n'a pas de visage. De plus, cette visite intervient au lendemain de l'adoption du texte de la réforme bancaire qui a été entièrement été vidé de sa substance grâce (ou à cause, c'est selon) aux amendements concoctés pour satisfaire les revendications des banques françaises dont les représentants rencontraient le Président ce vendredi. La collusion apparait donc bien réelle entre les lobbys bancaires et le pouvoir politique comme le suggèrent les deux médias que l'on ne peut pourtant pas soupçonner d'être d’extrême gauche.

30 milliards pour les banques !

Mais ce n'est pas tout. Les banques réclament plus d'argent pour faire fonctionner l'économie (sic). On croit rêver. Elles qui ont orienté la plupart de l'épargne vers la spéculation et réclament aujourd'hui l'abandon du projet de taxe sur les transactions financière (donc sur la spéculation) prétendent aujourd'hui jouer un rôle de soutien dans le financement de l'économie réelle et réclament en plus à l’État de débloquer 50 milliards d'euros en les ponctionnant sur les dépôts inutilisés des livrets A. François Hollande a répondu très favorablement à leurs attentes en leur faisant le cadeau inouïs de 30 milliard d'euros.

L'ami de la finance

Le président de la république se met donc entièrement au service des banques et de la finance. Ce n'est pourtant pas ce qu'il avait annoncé lors de la campagne électorale, il y a un peu plus d'un an maintenant. Il est vrai que dans cette république, les promesses n'engagent que ceux qui y croient. Mais voilà, plus personne n'y crois à ces promesses. cela  peut expliquer pour partie l'abstention grandissante lors des différents scrutins, pire encore, la montée de l'extrême droite et de l'intolérance qui en est le corolaire.

Tag(s) : #Economie

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :