Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les évènements qui viennent de se produire à Amiens sont bien plus graves qu’on ne croit. C’est maintenant des armes qu sont utilisées contre les forces de l’ordre, comme si les jeunes n’avaient plus rien à perdre, ou pas grand chose comparé à ce qu’ils vivent au quotidien. C’est un cri de désespoir qu’il faut entendre. Surtout la politique du tout répression amorcée par la droite puis poussée jusqu’au bout de sa logique, a montrée que loin d’endiguer le phénomène de violence,  ne fait que l’alimenter et l’amplifier.

Après tout, on aurait pu penser que les socialistes avaient d’autant mieux compris ce phénomène qu’ils n’étaient pas les derniers à condamner la politique du précédent gouvernement Sarkozy/Fillon. Pourtant le premier réflexe du nouveau gouvernement est d’envoyer des renforts de police sans même annoncer des mesures fortes en faveur des populations les plus fragilisées par la crise. Dans certaines cités, un jeune sur deux est au chômage, sans aucun espoir de trouver le moindre travail. Pour beaucoup de jeunes sans espoir, la drogue et la violence qui va avec, est devenue la solution, même si c’est la pire des solutions. Le gouvernement doit donc comprendre que les banlieues sont devenues des bombes à retardement qui peuvent exploser à n’importe quel moment (ce qui se produit d’ailleurs régulièrement maintenant) car le malaise vient de loin, très loin !

Lorsque l’on dit que les jeunes de ces banlieues ont le sentiment d’être abandonnés, c’est un euphémisme, car ils sont réellement abandonnés. tout le monde sait d’ailleurs que la première caractéristique de toutes les banlieues c’est le taux de chômage qui explose. Et c’est le cas des 15 zones prioritaires définies par le gouvernement). Dans ces conditions, faire de la répression ne fera pas disparaître la cause principale (mais pas la seule) de la violence.  Il y a trois axes sur lesquels il faut agir : 1er) réintroduire de l’emploi massivement  en utilisant toutes les opportunités (y compris en les créant si nécessaire), 2em) former à nouveau des éducateurs (parmi les jeunes si possible) pour réintroduire du lien social. 3em) redonner à la police de proximité « ses lettres de noblesse » avec une police qui soit à l’inverse de la BAC (en tout cas telle qu’elle est ressentie), une police respectueuse et respectée des jeunes. Cela sera long mais indispensable pour retrouver la paix sociale à laquelle aspirent tous les habitants des cités.

A ce propos lire le très bon reportage de médiapart ce jour ICI ou ci dessous en doc attachée pour celles et ceux qui ne sont pas encore abonnés :

fichier pdf AmiensAoût2012

Mise à jour le 17 août/ L’humanité vient également de faire un reportage. Vous pouvez aller le lire LA

Il faut un plan Marshall pour toutes les banlieues.
Tag(s) : #Billet d'humeur

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :