Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Une enquête pour blanchiment de fraude fiscale visant Jérôme Cahusac est ouverte par le parquet . A priori cela pourrait être une bonne nouvelle. Mais voila, Les journaliste de Médiapart et leurs lecteurs restent très prudents sur ce type de procédure car le procureur en charge de ce dossier devra aussi gérer les éventuelles pressions du ministère de la justice qui a autorité sur lui, ce qui ne serait pas le cas pour un juge d'instruction avec qui les pressions seraient bien plus compliquées à gérer.

Or si beaucoup se méfient du parquet qui décide en dernière instance s’il y a lieu de saisir un juge d’instruction, c’est qu’il y a des précédents fâcheux comme pour l’affaire Bettencourt déjà révélée par Médiapart. On se souvient que le procureur Courroye affichait une proximité troublante avec le pouvoir directement mis en cause dans les écoutes téléphoniques que Médiapart s’était procuré. D'ailleurs, le procureur rendait régulièrement visite au chef de l'Etat à l'Elysée sans que personne ne puisse savoir quelle était la nature de leurs échanges. On se souvient aussi que le procureur avait fait preuve d’une lenteur consternante dans l’instruction et surtout avait toujours refusé de demander l'ouverture d'une instruction par un juge indépendant. A bien des égards l’attitude du procureur Courroye avait parue suspecte aux yeux de l’opinion publique. Avec la droite au pouvoir on pouvait donc légitimement s’interroger à propos des pratiques de ces politiciens qui avaient rarement froid aux yeux.

Certains objecteront que maintenant que la gauche est aux commandes, nous n’avons plus de craintes à avoir. Que quoi qu’il arrive, la justice passera. Je réponds : Pas si sur, car les travers de cette justice demeurent et avec eux les tentations d’exercer des pressions, d’autant plus forte que l’enjeu est immense. Il ne s’agit rien de moins que de la crédibilité de ce gouvernement déjà pas mal entamée par nombre de promesses non tenues et une politique contraire aux engagements de campagne du candidat Hollande. Si en plus ce pouvoir reprenait à son compte les pratiques, limite mafieuses, de le droite en instrumentalisant la justice pour mieux s'y soustraire cela aurait de graves conséquences pour le PS, mais aussi pour tous les partis. Et chacun comprendra qu'avec son discours du "tous pourris", le FN en tirerait les plus grands avantages.

Il se trouve que de surcroît, l’Elysée et le Matignon soutiennent le ministre du budget sans aucune restriction au point que ce dernier ait carte blanche pour parader dans les médias. En faisant le Paon et en se comportant de manière hautaine et méprisante comme on l'a vu dernièrement avec Jean-Luc Mélenchon dans l'émission de Calvi sur France 2, ce dernier espère subjuguer son auditoire et faire oublier l'affaire. C'est une tactique vieille comme le monde qui consiste à penser que la meilleure défense, c'est l'attaque. Une tactique qu'utilisait à l'envie le pouvoir de droite avant lui et qui avait conduit l'ancien président à être omniprésent dans les média durant presque tout son quinquennat. Bref, disons le crûment : Plus on avance dans le temps et plus les choix politiques, les stratégies mises en oeuvres et les pratiques anti-démocratiques ressemblent à ce que nous avons déjà connus sous la droite. Je n'aime pas bien parier. Cela ne fait pas partie de mon éducation. Mais si cette enquête préliminaire instruite sous l'autorité du parquet, lui même sous l'autorité du pouvoir débouchait sur un non lieu, cela ne m'étonnerais pas plus que ça. Et vous ?

Tag(s) : #Les affaires

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :