Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bernadette Ségol ne représente certainement pas le syndicalisme radical de l'Union européenne.Elle serait plutôt à classer dans la frange des réformistes assumés. C'est d'ailleurs ce qui lui a permis de briguer la place très convoité de secrétaire générale de la Confédération générale des Syndicats (CES*) et d'être élue à ce poste en 2011. Elle dispose même un curriculum vitae assez impressionnant que vous pouvez consulter ICI. Bref, quant on regarde son parcours, on se doute bien que ce n'est pas avec elle que l'on fera la révolution intergalactique, ni même européenne.

Mais la secrétaire générale de la CES reconnait tout de même que le système va trop loin. Dans un interview accordé à L'humanité Dimanche, elle s'émeut du fait "qu'au sein des institutions européennes, il se trouve même des voix pour considérer que le dialogue social est un obstacle pour les économies nationales". Ainsi la CES, cette institution "qui s'était jusqu'ici illustrée par son sens de la mesure et du compromis" pour reprendre la très jolie formule du journaliste de l'humanité, Pierre-henry Lab, s'opposerait aux politiques de réduction des déficits publics et plus généralement aux politiques d'austérités en Europe. Quel scoop ! Ne nous dites pas tout de même que la CES est prête à appeler à la grève générale sur le vieux continent. Chiche ? Ce serait trop beau. En attendant Bernadette Ségol se vente , d'avoir été reçues par le Président de la république française en compagnie des secrétaires généraux de la CGT, de la CFDT et de l'UNSA. Preuve que la CES est reconnue selon elle. Reconnue peut être, mais entendue, c'est une autre affaire.

*CES : La CES regroupe aujourd'hui 85 organisations issues de 36 pays différents, soit 60 millions d'adhérents.

Tag(s) : #Actualité sociale

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :