Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Dès le mois d'août dernier j'indiquais dans un article (lire ICI) que Air France KLM allait mettre en œuvre la seconde partie de son plan "Transform 2015". A ce moment les estimations de suppressions d'emplois tournaient autour de 2 500. A peine un mois plus tard, l'estimation a été revue à la hausse. C'est maintenant entre 2 600 et 3000 suppressions d'emplois que la direction d'Air France KLM devraient annoncer lors du comité d'entreprise qui se tiendra mercredi 18 septembre, c'est à dire demain dans la journée.

Il y a un peu plus d'un an, le syndicat national des pilotes de ligne signait un accord pour valider la première partie du pu plan social (lire LA). Les responsables de ce syndicat ont-ils affuté leur crayons pour signer la seconde partie ?

Le 6 septembre dernier, on apprenait déjà qu'Alcatel Lucen se préparait aussi à annoncer un plan social qui pourrait être également de grande ampleur (au minimum plusieurs centaines d'emplois). Force est de constater que les plans sociaux continuent avec la même intensité. Comment croire dans ces conditions que la reprise pointe le nez comme l'affirme le gouvernement et le Président de la république ?

Outre le fait que des milliers de personnes vont se retrouvés privés de travail et donc de revenus, toutes ces suppressions d'emplois voulus par la haute finance, dans l'unique but d'augmenter les profits des actionnaires, vont cruellement faire défaut dans l'équilibre des comptes des organismes sociaux, dont les caisses de retraites. C'est mécanique et cela augure mal du contenu des prochaines réformes qui seront présentées comme indispensables.

Quelque soit le sens par lequel on prenne le problème, on en revient forcément à se poser la question de la répartition des richesses. Les études les plus récentes démontrent que l'écart entre les plus riches et les plus pauvres se creuse comme jamais il ne s'était creusé auparavant. Et la seule manière de se sortir de cette impasse est de donner un coup de pied dans la fourmilière. Or, si les corps intermédiaires ne sont pas capables de fédérer les luttes, ce sont les citoyens qui devront prendre directement les choses en main. Demain ou après demain ? Nul ne le sait. Ce que l'on sait en revanche, c'est que c'est inéluctable.

Tag(s) : #Actualité sociale

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :