Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C'est le grand oral à la Poste en ce moment. Jean-Claude Bailly quitte son poste de PDG et les prétendants à sa succession se bousculent au portillon. Il faut dire qu'une place de PDG, cela ne se refuse pas. On apprend par exemple que les deux principaux outsiders sont Philippe Wahl, actuelle directeur général de la banque postale et Bruno Mettling, le DRH d'Orange. Ces deux là se connaissent bien, car ils se sont déjà croisé dans les ministères du temps de Michel Rocard ainsi qu'à la caisse d'épargne.  Aujourd'hui, ils sont en concurrence pour un poste de prestige hautement rémunérateur.

L'un et l'autre savent fort bien en quoi consistera leur mission première. Celui qui sera choisi devra déminer le terrain en vu de préparer les esprits à un plan social or normes. Un des plus importants en tout cas de ces dernières années.

La Poste, c'est 270 000 salariés. Or, la branche courrier qui compte le plus grand nombre d'emplois a été largement modernisée durant les dernières années et continue à l'être. La Direction a investi des sommes considérables dans du matériel de tri ultra moderne dans le but de réduire la main d’œuvre et rentabiliser un maximum ses installations. Elle a déjà supprimé bon nombre de centre de tri de taille modeste pour les remplacer par de grandes plates formes de courrier beaucoup moins nombreuses mais entièrement automatisées et équipées de matériel de tri dernier cri. Le non remplacement des agents partant en retraite a déjà commencé, mais ces suppressions d'emplois sont loin d'être satisfaisantes du point de vue de la Direction générale de la Poste. C'est à cette tâche que va s'atteler le nouveau locataire du 44 Bld Vaugirard.

C'est un dossier explosif qui l'attend, d'autant plus que la Poste est un haut lieu de l'implantation syndicale. Toutes les centrales y sont représentées. La CGT, la CFDT, FO, la CGC, sans oublier le syndicat SUD qui est de loin le plus combatif et que la direction de la Poste crains comme la peste.

Le JDD (lire ICI) affirme qu'un fin connaisseur (sic) du groupe affirmerait "qu'il y a des sureffectifs terribles à la Poste". C'est dire que le dégraissage risque d'être sévère et c'est certainement la partie courrier qui devrait en payer le plus lourd tribut. Là précisément où la capacité de lutte et de résistance des salariés est la plus forte. Un vrai challenge pour le nouveau Président de la Poste qui pourrait y laisser beaucoup de plumes.

A imaginer que la direction de la Poste veuille en effet se séparer d'un tiers de ses effectifs (ce qui n'est pas une estimation absurde), on arriverai au chiffre astronomique de 90 000 suppressions d'emplois. Un vrai séisme qui pourrait ébranler jusqu'au pouvoir en place. Ce dossier reviendra rapidement sur le devant de la scène. A n'en pas douter le nouveau PDG qui sera désigné tentera par tous les moyens de diminuer la portée du plan social qu'il devra mener à termes.

Un des moyens à sa disposition étant de procéder en plusieurs étapes tout comme vient de le faire Air France KLM qui annonçait hier la deuxième tranche des suppressions d'emplois (2 500 emplois), alors que le groupe venait d'en supprimer plus de 5000 les deux années précédentes (Lire LA). Mais même avec ce stratagème la Poste aura du mal à faire passer la pilule car les agents du courrier pourraient bien donner du fil à retordre au nouveau PDG et c'est tant mieux.

La Poste : Un nouveau PDG pour supprimer des milliers d'emplois ?
Tag(s) : #Actualité sociale

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :