Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jacques Rapoport,le Directeur de Réseaux Férés de France (RFF) était ce matin l'invité de France Infos. Il s'exprimait pour la première fois publiquement sur l'état du réseau ferré en France. Lors de cette entretien, il a tenté de faire une distinction entre performance du réseau et sécurité en se livrant à une analyse pour le moins hasardeuse sur la différences de concepts. Le Directeur général de RFF  affirme sans rire " lorsqu'un équipement ferroviaire vieilli, c'est la performance de la ligne qui se dégrade, ce n'est pas sa sécurité", comme si la sécurité ne diminuait pas avec la performance du matériel. De quoi faire bondir tous ceux qui sont en charge de la sécurité dans les entreprises, notamment au sein des CHSCT (Comité d’Hygiène et de Sécurité). Or, la seule manière de compenser l'usure du matériel si on ne veut pas le remplacer à temps, c'est de moins le solliciter et c'est ce qu'à choisi de faire la direction de RFF en réduisant la vitesse sur certains tronçons de son réseau et en espaçant parfois un peu plus les convois.

Jacques Rapoport et Guillaume Pepy montent au créneau pour rassurer les usagers.

Dans la région parisienne, depuis 2008 RFF a doublé ses investissements pour rénover le réseau, portant ceux-ci à 450 millions d'euros. mais cela est à mettre en parallèle avec une forte augmentation du trafic depuis une vingtaine d'années (+ 20%), ce qui est considérable. Le matériel a donc souffert de cette sur-exploitation. D'autres régions souffrent beaucoup de la vétusté du réseau. C'est le cas en Auvergne et particulièrement entre ses villes. RFF a fortement limité les vitesses sur certaines de ses lignes.

Depuis la séparation de la SNCF en deux entités, le problème de l'entretien du réseau se pose clairement. La politique strictement comptable des opérateurs publics les contraint à chercher des économies qui sont rarement compatibles avec un haut niveau de sécurité. Et notre réseau ferré qui était l'un des tout meilleurs au monde est en train de payer le prix fort de la libéralisation du secteur. Au lendemain de la catastrophe de Bretigny-sur-Orges, RFF a pris des mesures d'urgence comme l'annonce Monsieur Rapoport. Une campagne de vérification du matériel mis en cause débute dès cette semaine. Mais il ne faudrait pas que cette mesure participe à un simple effet d'annonce pour rassurer les usagers et dédouaner l'opérateur public de ses responsabilités. Voila des années que les syndicats de l'entreprise dénoncent une politique laxiste en matière d'entretien du réseau. Cette catastrophe ferroviaire doit servir de leçon à tous les politiques et tous les décideurs. Car la sécurité un coût, mais n'a pas de prix !

l'interview de Jacques Rapoport sur France Infos :

Tag(s) : #Transports

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :