Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le FMI estime que "le potentiel de croissance de la France est "entravé par des rigidités structurelles sur les marchés du travail et des biens, qui ont, au fil du temps, contribué à une perte progressive de compétitivité et de performance dans les exportations". Comme c'est joliment dit ! En d'autres termes, le FMI incite la France à persévérer dans la voie des réformes engagé sous les gouvernements précédents. La réforme des retraites bien sur, à propos de laquelle Christine Lagarde et les « experts » qui l’entourent  déconseillent vivement d'augmenter les cotisations, ce qui implique de jouer sur les autres paramètres (âge de la retraite et durée de cotisations des salariés), mais aussi la réforme du marché du travail (c'est à dire donner  aux employeurs une plus grande liberté et une plus grande souplesse pour les contrats de travail et leur durée notamment).

Ce n’est pas pour l’essentiel ce qu’on retenu  La Tribune (Lire ICI) et l’Expansion (Lire LA). Les deux insistent sur ce qui leur paraît l’information essentielle. Le FMI conseille de ralentir  le rythme de la baisse du déficit.  Pour peu, il en paraîtrait presque sympathique ce FMI  (C’est une blague…). En réalité, ce qui inquiète au plus haut point les conseillers de cet organisme d’experts financiers, c’est le ralentissement de l’économie française et son entrée dans la récession.

Pourtant, les économies engagées à tous les niveaux par l’Etat pèsent lourdement sur les carnets de commande des entreprises qui ne peuvent espérer survivre que grâce aux commandes de ce dernier. Et en ce moment, les commandes se font rares. C’est à cette situation à laquelle il faudrait mettre fin et c’est la raison pour laquelle il est indispensable que le gouvernement français et les collectivités locales financent à nouveau des projets et redonnent de l’activité aux entreprises qui en manquent cruellement. Mais ce n'est pas cette voie que le FMI privilégie manifestement. Au contraire, il encourage le gouvernement français à persévérer dans la voie des restrictions budgétaires et des économies Lire encore ICI France Infos), ce qui aura pour effet d'alimenter la récession.

A n'en pas douter le sens de l'intervention du FMI était plutôt de venir au secours de Pierre Moscovici car ce dernier n'atteindra pas les objectifs de réduction des déficits qu'il s'était fixé. Le FMI lui demande justement de ralentir son effort. Un soutien qui s'explique peut être par renvoi d’ascenseur. Il y a peu de temps, c'est Pierre Moscovici qui défendait Christine Lagarde dans le dossier Tapi. Tout ce beau monde se tient par la main dans les moments difficiles.

 

Tag(s) : #Economie

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :