Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le secteur des services rassemble 64% des projets d'embauches et dans ce secteur, celui de hôtellerie concentre à lui seul 12% des intentions. Voir l'article qu'avait écrit Ouest-France le 3 juin denier (c'est ICI) qui parlait à de 500 000 emplois non pourvus. Des chiffres comme on le voit très imprécis.Mais de toute façon, il s'agit le plus souvent de jobs qui concentre tous les désavantages pour les salariés : temps partiel, horaires décalés, conditions de travail particulièrement dégradées, mal rémunéré et qui plus est, qui engendrent des frais supplémentaires souvent couteux (garde des enfants, frais de véhicules etc..) de sorte que les personnes se rendent rapidement compte que ce genre de jobs, outre le fait qu'ils sont épuisants, ne permettent pas d'en vivre. Il n'est donc pas étonnant de constater que ces derniers restent vacants. mais visiblement cela n'émeut pas plus le patronat que le pouvoir en place.

Il n'empêche que ce genre d'annonce faites lors d'un sommet social augure assez mal de ce qui pourrait se tramer dans les hautes sphères. On pense immédiatement en effet aux solutions radicales qui ont été mises en place en Allemagne notamment, lesquelles consistaient à imposer des job à 1 euro de l'heure que les chômeurs étaient contraints d'accepter sous peine de se voir retirer les allocations chômage pour le cas ou ces derniers tenteraient de s'y dérober. Le MEDEF rêve en réalité de profiter de la période de crise pour baisser les salaires (ce qu'ils appellent le coût du travail) et imposer une plus grande précarité via des jobs au rabais en les imposants, si besoin de force .

Pourtant, il existe d'autres solutions, qui consisterait à l'inverse à  encadrer le marché de l'emploi en protégeant mieux les futurs salariés (horaires, conditions de travail, salaires). Et là, ces emplois non pourvus comme ils disent, trouveraient preneurs.

Cette conférence sociale devrait nous alerter. Car non contents de vouloir réformer à nouveau le système des retraites, la patronat affiche dans le même temps d'autres ambitions. Celle notamment de la réforme du marché du travail. En annonçant qu'il y aurait en France 300 000 emplois non pourvus, c'est ce qu'il tente de faire. Et en l'absence de tout mobilisation, c'est  ce qu'il réussira à faire !

Le 23 juin 2013 : Un nouvel article vient de paraître dans la Tribune qui décline les différentes thématiques qui ont été abordées lors de ce sommet social. C'est ICI

Tag(s) : #Actualité sociale

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :