Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A la veille des annonces que s'apprête à faire le gouvernement à propos de la réforme des retraites, le Medef intervient dans la presse pour peser sur les décisions du gouvernement. Pour lui, tout est simple, il faut que l'ensemble des cotisations de la branche famille payées jusqu'ici par les entreprises soient transférées vers la collectivité nationale (lire ICI l'article de Libération). Mais ce n'est pas tout. le lobby patronal demande que les retraites soient provisoirement sous indexées par rapport à l'inflation au moins provisoirement afin de rééquilibrer le comptes. En plus de quoi ces derniers demandent aussi que l'age légal soit encore repoussé et les années de cotisations encore allongées. Et quoi encore ??

Pierre Gattaz, fils de Yvon Gattaz, lui même président du CNPF (l'ancien Medef), patron lui même (parce-que papa l'était), affiche donc une position encore plus radicale que celle de Laurence Parisot dont on pouvait penser qu'elle avait atteint un niveau inégalable dans le domaine de la régression sociale. Raté ! Le Medef a cette capacité de sélectionner de nouveaux dirigeants toujours plus réactionnaires que leurs prédécesseurs. Cette fois ci encore, ce principe ce vérifie.

pour tous les syndicalistes qui prônent le dialogue social plutôt que le rapport de force, les exigences inouïes du Medef devraient leur servir de leçon. Rien n'est possible par le dialogue avec de tels interlocuteurs, si c e n'est sacrifier les protections sociales patiemment élaborés au cours du 19 em siècle. Le temps n'est plus au dialogue. Le temps est à la lutte et à la mobilisation, car le Medef a déclaré la guerre sociale à outrance à tous les salariés, les chômeurs et les retraités et nous sommes maintenant obligés de relever ce défi. Le 10 septembre* sera l'occasion de leur dire stop ou encore !

*10 Septembre 2013

Tag(s) : #Retraites

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :