Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Au lendemain de l'assassinat de la policière municipale dans une affaire de grand banditisme, le ministre de l'intérieur vient d'autoriser à nouveau par décret les polices municipales de s'équiper de tasers (voir article dans la rubrique "la Presse" sur ce blog).

On a là, une parfaite illustration de la démagogie de ce gouvernement qui joue sur les peurs et l'indignation des populations. Sauf que cette mesure est parfaitement inefficace en plus d'être liberticide. Inefficace car personne n'oserais affirmer que si la policière en question avait été équipée d'une telle arme, cela lui aurait sauvé la vie. Cela n'aurait malheureusement rien changé pour elle. Mais le plus indigne dans tout cela, c'est que le gouvernement se soit saisi de cette "opportunité" pour réintroduire une autorisation qui avait été retoquée par le conseil d'Etat en 2009, un an après le même type de décret en 2008. Cette mesure qui est passée quasi inaperçue constitue en réalité un recul essentiel de la démocratie (un de plus) qui permet à certains Maires d'armer leur milices privées,  ce qui conduira inévitablement à de nouvelles bavures policières. Décidément, le populisme est le pire des conseillers !

Libération 29 mai 2010

Un premier décret autorisant le pistolet en septembre 2008 avait été annulé un an plus tard par le Conseil d'Etat qui considérait que son usage n'était pas suffisamment encadré, d'un point de vue juridique.

Le pistolet à impulsions électriques Taser est de nouveau autorisé aux policiers municipaux par un décret paru ce jeudi au Journal officiel.

Un premier décret autorisant le Taser en septembre 2008 avait été annulé par le Conseil d'Etat un an plus tard. La plus haute autorité administrative avait estimé le 2 septembre 2009 que l'usage de cette arme n'était pas suffisamment encadré, d'un point de vue juridique, par le décret de huit lignes du 22 septembre 2008.

Cette fois-ci, le décret de deux pages du 26 mai 2010 «relatif à l’armement des agents de police municipale» précise que, «eu égard à la spécificité de cette arme» de 4e catégorie, comme le pistolet ou le revolver, «une formation spécifique préalable à l’autorisation de port» du Taser et «une formation spécifique d’entraînement» sont nécessaires.

Le décret dispose, par ailleurs, que le pistolet à impulsions électriques doit être équipé de systèmes de contrôle «permettant d’assurer la traçabilité et la vérification de leur utilisation», citant un «dispositif d’enregistrement sonore et une caméra associée au viseur».

Il revient donc désormais au maire de chaque commune d'autoriser ou non le Taser à ses policiers municipaux, quelque 18.500 en France.

Avant l'annulation du décret de 2008, quelques dizaines de polices municipales avaient été équipées de Taser en complément de leurs armes de poing ou du fusil à pompe.

Le ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux, avait annoncé dimanche, trois jours après la fusillade de Villiers-sur-Marne au cours de laquelle une policière municipale avait été tuée, qu'il avait signé ce nouveau décret.

Quelque 5.000 Taser, cette arme vivement contestée par des associations comme le Réseau d'alerte et d'intervention pour les droits de l'homme (RAIDH), équipent déjà la police nationale, la gendarmerie et l'Administration pénitentiaire.

(Source AFP)

Voir le lien vers l'article de libération :

http://www.liberation.fr/societe/0101637939-le-taser-de-nouveau-autorise-aux-policiers-municipaux

Tag(s) : #Société

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :