Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les Grillons sur le gril aux prud’hommes

Montluçon/

c’est parce qu’elle avait dénoncé une scène choquante dans l’établissement des Grillons où elle travaillait qu’une éducatrice a vu sa vie professionnelle basculer. Depuis cette époque les relations avec la direction qu’elle avait alerté, ainsi qu’avec certaines de ses collègues s’étaient beaucoup altéré à tel point point que depuis quelques temps l’attitude la hiérarchie à son endroit pourrait bien avoir dégénéré en harcèlement. C’est en tout cas ce que le tribunal des prud’hommes devra déterminer dans ses attendus.

En attendant Sylvia est toujours en arrêt de maladie car ses conditions de travail semblent s’être considérablement détérioré depuis le début de cette affaire. Elle explique à la Présidente du tribunal par exemple que de nombreux projets qu’elle avait élaboré pour les enfants ont été retoqués sous des prétextes divers et qu’elle même se sent mise en quarantaine par une partie de l’équipe. Dans ces conditions, elle se demande avec raison comment elle pourra retrouver une place au sein de l’établissement, raison pour laquelle elle était ce mercredi devant le tribunal des prud’hommes. Heureusement, elle n’était pas seule ce jour là. Alors qu’une vingtaine de salariés avaient fait le déplacement pour soutenir la direction des Grillons, une dizaines de militantes et de militants de la CGT, de Solidaires et du Front de Gauche s’étaient déplacé pour soutenir Sylvia qui en avait bien besoin. Une femme qui reste digne malgré tout dans l’adversité, entourée par ses soutiens à la sortie de l’audience. Un bref moment, elle a retrouvé le sourire grâce à la solidarité de celles et ceux qui l’ont accompagné ce jour là. Le tribunal rendra son délibéré le jeudi 26 septembre 2013

Sylvia entourée de quelques soutiens a retrouvé un bref moment le sourire

Les Grillons sur le gril aux prud’hommes
Tag(s) : #Montluçon

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :