Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le comité d'entreprise n'a pas été de tout repos pour les patrons de Michelin. Hier 26 juin 2013 restera probablement gravé dans leur mémoire. Devant les grilles de l'entreprise plus de deux milles manifestants s'étaient rassemblé pour hurler leur colère comme le rapporte La Montagne (lire ICI) qui a filmé la scène.  4 cars avaient été affrétés depuis la ville de Tours.La Nouvelle République était aussi présente sur les lieu et a fait un reportage sur place (lire encore ICI) et une vidéo. Les salariés en sursis étaient venus pour se faire entendre auprès d'une direction qui est pourtant demeurée sourde à toutes les revendications. "2,4 milliards de bénéfices pour L'entreprise et nous on nous met à la porte"  hurlent certains salariés comme le rapporte Le Monde (Lire LA).

La suppression de 900 emplois à Joué les Tours signe en réalité la mort de l'usine. Il ne resterait en effet que deux cent emplois, mais ils sont clairement en sursis. Pas pour longtemps car personne n'est dupe. Quant au reclassement des autres salariés sur d'autres usines du groupe, il ne fait pas illusion non plus. Beaucoup des salariés ne pourront pas accepter d'être ainsi déplacés car la plupart ont fait leur vie à Tours. Certains d'entre eux ont fait construire et parfois leur conjoint travaille aussi dans cette région. Comment faire dans ces conditions ? La aussi l'accord (ANI) signé par des syndicats minoritaires  va avoir pour effet de réduire considérablement les droits des salariés car s'ils n'acceptaient pas les mutations imposées, ils seront automatiquement licenciés pour motif personnel au lieu d'être considérés en licenciement économique ce qui réduira considérablement leurs droits. C'est la conséquence directe de cet accord scélérat.

Et pendant ce temps là, Arnaud Montebourg reste étrangement silencieux, comme si le gouvernement lui interdisait d'intervenir d'une quelconque manière dans les affaires des patrons. Alors à quoi sert-il maintenant ? En tout cas, cette stratégie du pourrissement risque bien d'envenimer les choses, car les salariés ne vont pas rentrer chez eux et attendre sagement à la maison la suite des évènements. Il y aura d'autres actions et ni le gouvernement, ni les patrons de Michelin n'en ont fini avec la colère qui monte chez Michelin, IBM, à la SNCM, à Virgin, à Goodyear, à Spenghéro et tous les autres...et il va falloir gérer autrement qu'avec les CRS.

La Vidéo de la manifestation de Clermont-Ferrand : ICI

Tag(s) : #Actualité sociale

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :