Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le ministre de l’économie et des finances s’est rendu aujourd’hui aux journées d’été du Medef pour rassurer les patrons sur l’avenir. ce dernier y est parvenu et à même été applaudi à plusieurs reprises. Même le quotidien Libération le reconnait : « Pierre Moscovici et les patrons, c’est une histoire d’amour qui dure » introduit le rédacteur de l’article, Nicolas Cori (lire son article en entier ICI).

Les retraites, une réforme à coût zéro pour les patrons

Il faut dire que le ministre a dissipé presque toutes les inquiétudes que le représentant du MEDEF lui a exprimé. Ainsi par exemple, il lui a réaffirmé que la réforme des retraites se ferait à coût zéro pour les entreprises «Je m’engage à ce que la réforme ne pèse pas sur le coût du travail. La hausse des cotisations patronales conséquente à la réforme des retraites sera intégralement compensée par une baisse des cotisations familles dès 2014 et pour l’intégralité du mandat.» On ne peut être plus clair

D’autres cadeaux suivront

Mais ce ne sera pas le seul cadeau que le ministre accordera aux patrons. D’autres suivront comme l’indique le même article de Libération. Globalement il s’est engagé à ce que le niveau de prélèvements obligatoires des entreprises baisse et sans demander aucune garanti sur l’utilisation de ces cadeaux fiscaux qu’il faudra bien compenser d’un autre côté par de nouveaux prélèvements sur les ménages. Une véritable fuite en avant au prétexte de doper la production des entreprises, mais qui continuera à faire baisser le revenu des ménages et donc leur consommation. Cette logique est d’autant plus absurde que la baisse de la consommation provoquera un ralentissement de l’économie, donc de la production, ce qui engendrera à nouveau du chômage. On a les ministres et les patrons qu’on mérite.

Ministre de droite ou de gauche, quelle Importance ? Pourvu que les cadeaux soient au rendez-vous.

Ils ne s’arrêteront que là où nous les arrêteront !

Cette politique, parfaitement assumée par ce gouvernement qui se revendique de gauche se situe en réalité dans la continuité parfaite de celle menée par la droite avant lui. C’est une politique de l’offre qui favorise la production irraisonnée des biens et des services mais qui détruit en même temps toute la capacité de consommation des ménages en s’attaquant à leur pouvoir d’achat et en faisant exploser le chômage. Mais il faut bien reconnaître que devant eux, ils ont un boulevard, car la mobilisation et la contestation n’est toujours pas au rendez-vous. A moins que le 10 septembre prochain les choses changent. Ce sont les salariés, les retraités et les chômeurs qui apporteront la réponse ce jour là.

Tag(s) : #Economie

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :